Accueil >> Actualité >> Articles

EDF publie les rapports annuels 2007 de ses 19 centrales nucléaires en France

| le 25-07-2008 | par Nelly Mioni - Documentaliste, IRMa | 4560 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
EDF publie les rapports annuels 2007 de ses 19 centrales nucléaires en France

Hasard du calendrier, alors que les incidents nucléaires défrayent la chronique, EDF publie les rapports annuels 2007 de ses 19 centrales nucléaires en France, établis au titre de la loi transparence et sécurité en matière nucléaire (TSN). Les principaux thèmes traités concernent la sûreté, la radioprotection et l’environnement.

Rappelons que l’article 21 de la loi de transparence et sécurité en matière nucléaire (TSN) du 13 juin 2006, rend obligatoire l'élaboration, par les exploitants d'une installation nucléaire de base, d'un document annuel sur la sûreté nucléaire et la radioprotection à destination du public.

 

  • D'une part, ce document doit exposer les dispositions prises par l'exploitant en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection.
  • D'autre part, il doit dresser la liste des incidents ou accidents, en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection, survenus dans le périmètre de l'installation ainsi que les mesures prises pour en limiter le développement et les conséquences sur la santé publique et l'environnement.
  • Enfin, ce document doit rappeler la nature et les résultats des mesures de rejets, radioactifs et non radioactifs, de l'installation dans l'environnement.

 

 

Ce rapport est soumis au comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l'installation nucléaire de base, qui peut formuler des recommandations. Celles-ci sont annexées au document aux fins de publication et de transmission.
Ce rapport est rendu public et il est transmis à la commission locale d'information et au Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire.

A ce jour, chacun des rapports EDF est consultable en ligne et peut être envoyé sur simple demande auprès de chaque installation nucléaire.

 

 

 

Focus sur le Centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) du site de Saint-Alban / Saint-Maurice implanté en Isère.

Les installations nucléaires de base de St Alban / St Maurice sont implantées en Isère sur la rive gauche du Rhône, à 17 km au sud de Vienne et à 50 km au sud de Lyon sur une superficie de 180 ha, sur les territoires des deux communes précitées.

Le site comporte deux unités de production d’électricité refroidies par l’eau du Rhône. Le réacteur n° 1 constitue l’installation nucléaire de base (INB) n° 119 mise en service en 1986 et le réacteur n° 2 constitue l’INB n° 120 mise en service en 1987.

 

 

Conformément à la loi, le rapport aborde les quatre thèmes suivants :

 

 

1) - les dispositions prises en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection

  • Les locaux ont été mis en conformité contre l’incendie (en cours pour l’INB 120) et vis-à-vis des risques inondation (étanchéité des locaux en sous-sol afin de se prémunir des éventuelles remontées de la nappe phréatique) et séisme (solde des travaux en 2008 pour l’INB 120).
  • Pour tester l’efficacité du Plan d’Urgence Interne, 7 exercices de simulation ont été réalisés en appui avec EDF au niveau national, avec les communes de St Alban et de St Maurice l’Exil, avec les services de gendarmerie et le SDIS. Il est regrettable que le rapport ne donne pas de précisions concernant le bon déroulement de ces exercices.
  • L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Autorité administrative indépendante chargée de contrôler les activités nucléaires civiles en France au nom de l’Etat et d’informer les citoyens, a réalisé 15 inspections dont 4 de manière inopinée. Les constats ne sont pas mentionnés dans le rapport mais sont disponibles sur le site internet de l’ASN.
  • En matière de radioprotection, la mesure de l'effet des rayonnements ionisants reste en deçà de la limite réglementaire.

 

 

 

 

2) – la nature et les résultats des mesures des rejets radioactifs et non radioactifs de l’installation dans l’environnement.

 

EDF effectue en permanence des mesures de surveillance de l’environnement de ses installations et parallèlement, tous les impacts environnementaux, terrestres, aquatiques et aériens sont contrôlés par un laboratoire indépendant.

Les modalités réglementaires des rejets radioactifs de différentes natures (liquides, gazeux…) prescrites dans l’arrêté interministériel du 29 décembre 2000 et autorisés pour les deux installations ont toujours été respectées.

En matière de rejets non-radioactifs, les rejets chimiques ont respecté les critères liés à la concentration et au débit et les rejets thermiques sont restés dans les limites imposées d’échauffement du Rhône (4° C maximum du 1er octobre au 30 mai et 3° C maximum du 1er juin au 30 septembre).

 

 

 

3) – la nature et la quantité de déchets radioactifs et non radioactifs entreposés sur le site ainsi que les mesures prises pour en limiter le volume et les effets sur la santé et l’environnement.

Responsable légalement, industriellement et financièrement des déchets qu’il produit, EDF a mis en œuvre des procédés en vue de protéger l’environnement, les populations, les travailleurs et les générations futures contre l’exposition aux rayonnements de ses déchets. Cette démarche repose sur 4 principes :

  • limiter les quantités produites,
  • trier par nature et niveau de radioactivité,
  • conditionner et préparer la gestion à long terme,
  • isoler de l’homme et de l’environnement.

L’INB 119 a évacué :

  • 1 236 colis (soit 371 tonnes) vers des centres de stockage ou de traitement
  • 48 assemblages de combustible usé.

L’INB 120 a évacué :

  • 1 234 colis (soit 371 tonnes) vers des centres de stockage ou de traitement
  • 36 assemblages de combustible usé.

 

Ce rapport a été soumis au Comité d’Hygiène pour la Sécurité et les Conditions de Travail (CHSCT) le 15 mai 2008 qui a formulé les recommandations suivantes :

  • anticiper le transfert des connaissances du personnel,
  • prendre en compte le facteur des « risques psychosociaux » en vue d’améliorer les conditions de travail.

 

 

 

4) - les incidents et accidents en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection survenus dans le périmètre de l’installation ainsi que les mesures prises pour en limiter le développement et les conséquences sur la santé des personnes et l’environnement

 

Pour chacune des installations, il a été déclaré un événement significatif pour la sûreté de niveau 1 correspondant à une « anomalie » sur l’échelle INES (Echelle internationale des événements nucléaires) qui comprend 7 niveaux, le grade 7 correspondant à un « accident majeur ». Ces événements ont donné lieu à des actions correctives de formation et de contrôles périodiques.

En savoir plus :

> Le rapport annuel EDF 2007 "Installations de base de Saint-Alban/Saint-Maurice" en Isère
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/02bibliotheque_resultat_fiche.php?id01=850

> Carte interactive des centrales nucléaires EDF en France : cliquez sur le nom de la centrale pour avoir des informations (contacts, publications, événements, indicateurs environnementaux...)
http://groupe.edf.com/accueil-fr/la-production-d-electricite-edf/-nucleaire/les-centrales-nucleaires-120223.html

> Lettres de suite d'inspection de l'ASN adressées aux installations contrôlées
http://www.asn.fr/sections/rubriquesprincipales/actualites/lettre-suite-d



Commentaires »


L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |