Accueil >> Actualité >> Articles

Plan communal de sauvegarde (PCS) : quels outils ?

| le 28-05-2009 | par François Giannoccaro - Directeur de l'IRMa | 8230 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Plan communal de sauvegarde (PCS) : quels outils ?

« Plan communal de sauvegarde (PCS) : quels outils ? », c’est sur cette question que l’IRMa a fait une communication à un colloque national sur ce thème, organisé par le Haut Comité Français pour la Défense Civile en partenariat avec le Ministère en charge de l’Intérieur, qui s’est tenu au Sénat le 25 mai 2009. Notre Institut a recommandé de généraliser les PCS sur tout le territoire français ainsi que des dispositions opérationnelles pour traiter de la solidarité et de l’entraide intercommunale.

Ces dernières années, de nombreux retour d’expérience de catastrophes naturelles mais aussi d’accidents ou d’incidents technologiques ont mis en exergue le manque de préparation des maires à faire face à de telle situation de crise : insuffisance dans l’anticipation des menaces existant sur leur territoire, difficulté d’appréciation de l’ampleur des vulnérabilités exposées en particulier humaines, compréhension incomplète de l’organisation des secours et de leur responsabilité, en particulier concernant les dispositifs d’alerte et d’information des populations. Depuis longtemps, les responsabilités du maire étaient définies dans ses pouvoirs de police générale, mais on ne lui disait pas comment se préparer à gérer la crise.

 

Pour remédier à cette situation, la loi n°2004–811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile est venue réaffirmer le rôle primordial de l’échelon communal dans la gestion d’une situation de crise, qu’elle soit d’origine naturelle ou technologique. En instituant à l’article 13 « le plan communal de sauvegarde (PCS) », elle a donné une base légale à des initiatives locales. La parution du décret d’application n°2005 – 1156 du 13 septembre 2005 relatif au plan communal de sauvegarde est venu préciser aux communes concernées le contenu par défaut de cet outil opérationnel d’aide à la décision du Maire pour faire face à une situation de crise.

 

Après 4 ans d’application du décret relatif au PCS, le HCFDC et la Direction de la sécurité civile du Ministère en charge de l’Intérieur ont souhaité consacrer une journée dédiée à des retours d’expérience de collectivités territoriales sur la problématique de la sécurité civile face aux risques majeurs et aux rôles des responsables et décideurs locaux en situation de crise.

 

Dans les échanges tout au long de la journée, les participants ont également débattus sur l’évolution du contexte des menaces pouvant toucher le territoire national, évoquant par exemple le risque de pandémie lié au virus A/H1 N1 qui a récemment marqué l’opinion.

 

Dans ces conditions, tous ont reconnu que la capacité de réaction des acteurs de la société civile, aussi bien que l’Etat, les entreprises et plus largement la population constituait un enjeu collectif majeur.

 

Les communications des intervenants du matin, des villes de Sorgues ou encore de Saint Etienne mais également la Communauté urbaine de Lille, visaient à donner aux participants un éclairage sur l’état de l’art dans la mise en place de dispositifs opérationnels à l’échelon local devant permettre, à priori, d’améliorer la préparation des acteurs locaux et leur coordination dans la gestion de crise complexe : avant - dans une logique de planification, pendant et après dans le cadre du retour à la normale dont la période peut s’étaler sur plusieurs mois.

 

Dans la table ronde de l’après midi consacrée à la planification, la question de l’importance des interfaces opérationnelles s’est posée notamment par rapport à l’usage des technologies de l’information et de la communication dans la vigilance et l’alerte qui concourt, très largement aujourd’hui, à optimiser les capacités de réaction locale : systèmes de prévision, de surveillance, d’appel en masse. Là encore les échanges ont montré que ces réflexions nécessitaient des compétences, des moyens spécifiques et des organisations qui remettaient très clairement en cause certains schémas traditionnels d’organisation du secours et de la sauvegarde. Sur ce point, notre Institut a réagit en faisant apparaître que l’alerte ne devaient plus être considérée comme la simple restitution « d’un signal » mais bien plutôt s’intégrer dans une chaine globale de traitement des données qui compose avec la vigilance, la prévision et la surveillance, l’alerte, la gestion de crise et le retour à la normale. Avant de poursuivre sur sa communication sur les outils organisationnels, fonctionnels et techniques pouvant contribuer au caractère opérationnel des PCS (cf power point joint à cette new's).

 

Photo : P. Laya

En savoir plus :

> Quelques ouvrages sur le thème du PCS sélectionnés dans le fonds de la bibliothèque de l'IRMa
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/02bibliotheque_resultat01.php?Typerisque=0&Risque=0&Sujet=0&motscles=PCS&image.x=59&image.y=14&image=rechercher


Télécharger :

> Plan communal de sauvegarde : quels outils ? - IRMa
http://www.irma-grenoble.com/PDF/actualite/articles/IRMa_outils_PCS2009.pdf



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |