matinale risques nucléaire
Accueil >> Documentation >> Risques Hebdo >> "Woolsey" et "Camp fire" brûlent la Californie

"Woolsey" et "Camp fire" brûlent la Californie

Depuis jeudi 8 novembre 2018, l'incendie dit "Camp Fire" est le plus destructeur jamais enregistré en Californie, depuis 1933. Situé dans le Nord de la Californie, il a causé la mort de 85 personnes et fait 296 personnes portées disparues. Il a brûlé 14 000 habitations et entreprises, et ravagé 620 kilomètres carré. Le feu est enfin maîtrisé à 100%, depuis dimanche 25 novembre 2018. La ville de Paradise est presque totalement détruite. Selon le Los Angeles Times, "seul un quart des habitants aurait été concerné par l'alerte d'évacuation". Le Daily Beast, ajoute " nombreux sont ceux, qui, partis trop tard, ont péri au volant de leur voiture ou en tentant de fuir à pied". A celui-ci, s'ajoute l'incendie "Woolsey" en Californie du Sud, qui a fait 3 morts et qui a fortement la célèbre ville de Malibu. Au total, "Woosley" a brûlé 390 km2. L’origine des deux incendies n’a pas encore été déterminée mais une action en justice a été lancée à San Francisco contre le fournisseur local d’électricité Pacific Gas & Electricity.

USA / Californie : Un an après un feu dévastateur, Paradise se reconstruit "à partir de rien"

Source : L'Obs, 23/10/2019

" "Nous reconstruisons une ville entière quasiment à partir de rien", résume Jody Jones, maire de Paradise décimée le 8 novembre 2018 par l'un des incendies de forêt les plus meurtriers de l'histoire de cet Etat : 86 personnes ont péri, et 9 maisons sur 10 ont été détruites, 400.000 arbres brûlés. Pour éviter que le drame du 8 novembre ne se reproduise, la ville vient d'édicter une série de règles drastiques, insiste la maire, qui a elle-même perdu sa maison dans l'incendie. Des projets sont en cours pour "améliorer nos schémas d'évacuation, mettre en place un signal d'alarme sonore", jusqu'alors inexistant. "
A voir un documentaire Netflix "Paradise en flammes"

USA / « Après “Camp Fire”, les Californiens ont entrepris l’inverse de ce qu’ils professent : la reconstruction dans les endroits sinistrés »

Source : Le Monde, 02/07/2019

"Camp fire a causé la mort de 85 habitants à Paradise et sur le nord du Golden State. L’institut d’études gouvernementales de l’université de Berkeley a réalisé un sondage :" faut-il rebâtir dans les zones à risques ?" Selon l’enquête publiée par le Los Angeles Times, trois quarts des habitants estiment que les autorités devraient limiter la construction dans les zones à risques. Bizarrement, ces mêmes Californiens ont pourtant entrepris l’inverse de ce qu’ils professent : la reconstruction dans les endroits sinistrés. Du nord au sud de l’Etat, on nettoie, on rouvre, on réinvestit, même si, comme à Paradise, l’eau reste impropre à la consommation. "

Risques Hebdo est réservé aux adhérents, pour ²le consulter :

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous
Identifiant (votre e-mail)
Mot de passe
Pas encore abonné(e) ?
Rejoignez-nous

Profitez de tout le contenu du site (actualités, photos, vidéos, dossiers, articles...) et rejoignez le réseau (accès à toutes nos publications, aux journées d'échanges, aux documents techniques et au forum...)

>> JE CREE UN COMPTE
et je teste

Pour renouveller votre abonnement c'est ici

Pour toute question : nelly.mioni@irma-grenoble.com

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |