Calme apparent risque présent
Accueil >> Forum >> Evaluation de l'information préventive (DICRIM-plaquette d'information,...)

Evaluation de l'information préventive (DICRIM-plaquette d'information,...)

| Accueil Forum |
Message du
09 mars 2010
Par boris callot
Forum de l'Institut des Risques Majeurs

    Bonjour,

 Je suis étudiant à l'université de Montpellier en Master Gestion des Catastrophes et des Risques Raturels.

Actuellement, je fais un travail de recherche sur la validé et la pertinence des documents d'information que les maires mettent à disposition/distribuent à la population (DICRIM, plaquette d'information,...).

Je suis donc en train de « créer » une grille d'évaluation de ces docuements (d'informations préventives). Afin que cela soit plus concret, je fais un stage au Conseil général du Gard ce qui va me permettre d'appliquer cette grille sur les 74 communes gardoises dotées d'un PCS ou d'un PIS (Plan Intercommunal de Sauvegarde).

 En conséquence, concernant la création de cette grille d'évaluation, j'aurais souhaité savoir, selon vous, qu'elles doivent être les points importants de ces documents d'information tant sur le fond que sur la forme (afin que ce document soir le plus opérationnel pour la population) ?

 Je vous remercie par avance pour les précieuses informations que vous pourrez m'apporter et qui me permettront d'avoir une grille d'évaluation la plus pertinente possible.

Boris CALLOT

 
Le 09 mars 2010
Par Sébastien Gominet (IRMa)
Forum de l'Institut des Risques Majeurs

Pour une commune dans laquelle les risques sont multiples, le DICRIM doit réussir l’exercice délicat de dire un maximum de choses en un minimum d’espace. Il nous semble difficile de dépasser 20/25 pages au risque de lasser les habitants. Les DICRIM sont habituellement réalisés en Isère dans un format inférieur au format A4 (15x25 cm, 15x20 cm, 17x17 cm, etc.).


Si la commune en a les moyens (en interne ou en passant par un prestataire privé), il est bien de faire appel à un infographiste pour la mise en page du document. Il faut en effet donner aux gens envie de le lire et cela semble plus facile avec un document bien travaillé et correctement mis en page plutôt qu’avec une dizaine de pages word A4 en noir et blanc et en Time New Roman fait sur la machine à écrire de la grande tante… Le travail de l’infographiste peut en outre permettre de mettre en valeur certaines informations essentielles (consignes de sécurité, lieux de regroupement prévus dans le PCS…).
Ce type de document, concis, dans un format réduit et avec une charte graphique « agréable » à lire semble plutôt bien perçu. C’est, en tout cas, ce qui ressort de deux enquêtes que nous avons fait en Isère :
http://www.irma-grenoble.com/01actualite/01articles_afficher.php?id_actualite=172
http://www.irma-grenoble.com/01actualite/01articles_afficher.php?id_actualite=328

Sur le contenu il nous semble important :

  • De valoriser les documents graphiques (cartes, photos, logos des consignes de sécurité…).
  • De bien mettre en évidence les consignes de sécurité et les informations sur les moyens d’alerte de la commune (comment les gens vont être avertis du danger ?). Certaines communes proposent un encart détachable dans leur DICRIM.
  • De regrouper les consignes de sécurité générales, valables pour tous les risques, pour éviter de les répéter dans chaque page concernant un risque particulier.
  • De valoriser les informations issus du PCS (itinéraire d’évacuation, lieux de regroupement, etc.)
  • De valoriser les informations sur les événements historiques survenus dans la commune et sur les dégâts occasionnés.
  • Que le maire s’adresse à la population dans un court édito


Il n’y a probablement pas de recette miracle pour établir un DICRIM parfait mais la plus grosse erreur pour un maire est probablement de répondre uniquement à son obligation réglementaire qui est de tenir le DICRIM à la disposition des habitants en mairie. Si on veut avoir une chance de toucher un maximum de gens, il est évident qu’il faut distribuer le DICRIM dans chaque foyer (dans les boites aux lettres, joint au bulletin municipal…).

 

Répondre en tant que visiteur ou se connecter


(ne sera pas affiché publiquement)


adhesion
inondation de l'Arbresle en 2008
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page