Accueil >> Actualité >> Articles

Le Risques Infos n°21 est consacré à la vigilance et l’alerte

| le 01-12-2008 | par François Giannoccaro - Directeur de l'IRMa | 5785 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Le Risques Infos n°21 est consacré à la vigilance et l’alerte

Les inondations survenues début novembre en Rhône-Alpes, ont remis au premier plan la nécessité, pour les décideurs locaux, d’optimiser l’efficacité des modes de vigilance et d’alerte. Notre bulletin Risques Infos n°21 consacré à la vigilance et l’alerte donne un éclairage en la matière. L’alerte ne doit plus être considérée comme la simple restitution « d’un signal » mais bien plutôt s’intégrer dans une chaine globale de traitement des données qui compose avec la vigilance, la prévision et la surveillance, l’alerte, la gestion de crise et le retour à la normale.

Rhône-Alpes, de par sa topographie et la densité de son réseau hydrographique, est une région particulièrement exposée aux risques naturels. Les événements qui touchent régulièrement ce territoire attestent de cette réalité. Le Rhône, la Loire, la Drôme ou encore l’Isère sont les derniers départements a avoir subit des inondations dommageables.

Début novembre 2008, les inondations à caractère torrentiel sur certains territoires ont remis au premier plan la nécessité d’optimiser l’efficacité des modes de vigilance et d’alerte des populations, notamment sur les petits bassins versant qui ne sont pas équipés aujourd’hui de systèmes de prévision des crues (données hydrométriques / mesures d'écoulement de l'eau). Au final, de nombreuses communes n’ont disposé que des informations de veille dispensées par Météo France, avec toutes les limites que peut avoir cette « vigilance pluviométrique » en secteur montagneux.

Ces récents retours d’expériences rhônalpins confirment encore une fois que le système de prévision des crues, n’est qu’un élément, certes indispensable mais insuffisant à lui seul, de l’alerte et de la gestion de crise. Les maires, dont le rôle a été renforcé par les lois du 30 juillet 2003 et du 13 août  2004, sont plus que jamais au cœur du système.

Optimiser les dispositifs de vigilance et d'alerte : un enjeu majeur pour les responsables et décideurs locaux

Lors des inondations dans la Loire et le Rhône du premier week-end de novembre, beaucoup de maires ont reproché par ailleurs au système préfectoral la perte de temps entre l’information récupérée auprès des services de vigilance météo et l’alerte formulée aux maires par les préfectures. « Nous avons reçu le message à 3h30 alors que depuis 22h30 nous avions les pieds dans l’eau », fulminait le maire d’Oullins (69) ou encore le maire de Arbresle (69). Le maire de Rive-de-Gier (42) a également dénoncé le manque de réactivité de la préfecture. Or, une alerte donnée plus tôt n’aurait pas empêché les rivières de sortir de leur lit, et l’eau n’aurait pas plus épargné habitations et commerces.

Etre alerté : une demande expresse des populations 

De leur coté, les populations réclament le droit d’être alertées et la rédaction du message d’alerte est un point crucial. A ce propos, les confusions sémantiques sont récurrentes notamment dans l’utilisation des termes de « vigilance » et « d’alerte », confusion de commodité souvent relayée par les médias. Météo France se refuse à employer le terme « d’alerte » dans ses bulletins, estimant que l’alerte est du ressort du politique et non de l’expert scientifique. Mais sur le terrain, les niveaux de vigilance sont de fait perçus comme des niveaux d’alerte.

Le risques infos 21 consacré à la vigilance et l'alerte

Au regard de ces réalités, il est apparu judicieux à notre Institut d’ouvrir les colonnes de sa publication «Risques n°21 : vigilance et alerte - se préparer en cas de crise» aux différents acteurs concernés par ce sujet technique et économique, caractérisé sur le terrain par des prises de position tranchées et parfois passionnées.

Depuis 1988, Risques Infos est envoyé systématiquement à toutes les communes de l’Isère avec le soutien du Conseil général de l’Isère. Ce dernier numéro a été envoyé à toutes les communes de la région Rhône-Alpes avec le soutien du Conseil régional Rhône-Alpes. Risques Infos est également accessible depuis le site Internet de l’Institut.

Vers une approche intégrée des dispositifs de vigilance et d'alerte

A travers les différents articles, le lecteur pourra apprécier en particulier la problématique de l’alerte qui ne doit en aucun cas être considérée comme la simple restitution « d’un signal » pluviométrique ou hydrométrique mais bien plutôt s’intégrer dans une chaîne globale de traitement des données et de l’information qui compose avec la vigilance, la prévision et la surveillance, l’alerte, la gestion de crise et le retour à la normale. Les moyens d’améliorer cette chaine sont bien connus.

Comme le signale Freddy Vinet (2007)*, ce traitement intégré suppose "...une coordination sans faille des niveaux de décision, notamment entre les municipalités et les services de l’Etat..." devant dépasser dans certains bassins versant l’approche technocratique standardisée édictée au niveau national. Cette coordination doit définir le rôle des acteurs à chaque échelle d’intervention : communes, bassin versant, département, interdépartemental. Ceci afin d’optimiser des processus d’information locaux qui devraient, le cas échéant, réduire les intermédiaires et privilégier la transmission des données « en mode poussé ».

La seconde condition réside dans un meilleur retour de l’information depuis le terrain en temps de crise, sorte d’interactivité qui doit se poursuivre pendant la gestion de crise et après.

Une condition d’amélioration évoquée ci-dessus est le raccourcissement de la chaine d’alerte, particulièrement crucial pour les bassins versants inférieurs à 500 km  2 ou les temps de réaction des bassins (eau qui tombe et qui coule en se concentrant) sont courts, voire très courts. Il y aura lieu ici pour les bassins versant les plus petits (c’est d’autant plus valable en secteur montagneux) d’optimiser les gains de temps en favorisant la mise en vigilance/alerte à partir de données relatives à la pluviométrie (la mesure de la pluie sur l'ensemble du bassin versant - REX crues de Belledonne (38) - août 2005) et/ou, le cas échéant, par l’hydrométrie quand c’est techniquement pertinent.


*Freddy Vinet, « Approches nationales de la prévention des risques et besoins locaux : le cas de la prévision et de l’alerte aux crues dans le Midi méditerranéen », Géocarrefour, vol. 82/1-2, 2007.

En savoir plus :

> Accéder au Risques infos n°21 sur la vigilance et l'alerte
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/01publications_risquesinfos_index.php

> Freddy Vinet, « Approches nationales de la prévention des risques et besoins locaux : le cas de la prévision et de l’alerte aux crues dans le Midi méditerranéen »
http://geocarrefour.revues.org/index1438.html



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |