Accueil >> Actualité >> Articles

Séminaire « Audiovisuel, retour d’expérience et mémoire des catastrophes naturelles » à Lyon

| le 11-03-2009 | par François Giannoccaro - Directeur de l'IRMa | 2881 vues | Recommander cet article |
Séminaire « Audiovisuel, retour d’expérience et mémoire des catastrophes naturelles » à Lyon

L’AFPCN et la DIREN Rhône-Alpes ont organisé à Lyon un séminaire sur le thème « Audiovisuel, retour d’expérience et mémoire des catastrophes naturelles ». L’IRMa est intervenu sur les apports de l’audiovisuel dans les outils d’information préventive des populations sur les risques majeurs. Occasion également pour l’Institut de présenter sa nouvelle vidéothèque accessible en ligne.

Illustration : Inondation 1955. Place Ampere. Neuville sur Saône 

DR - fonds Mairie de Neuville sur Saône (69)

 

La prévention des risques naturels (mais aussi technologique) repose aujourd’hui très largement sur la capacité de tous les acteurs de la chaîne de prévention, depuis le responsable politique, administratif, technique, … jusqu’au citoyen, à s’informer et être tenu informé. Que ce soit pendant la crise, lorsque l’événement survient, ou, hors période de crise, dans la phase réservée aux actions préventives de toute nature.

Cette information, entendue au sens large, à la fois en terme de contenus, de formes, de procédures, constitue aujourd’hui pour qui veut l’embrasser une nébuleuse d’une grande complexité où s’entrecroisent de multiples registres de connaissances (administratifs, techniques, géographiques, humains, etc.), dans des contextes de production et de diffusion très variés, à des échelles territoriales et temporelles elles aussi variables.

 

 

La conservation et le stockage d’un fond audiovisuel de base


Dans ces conditions, les participants au séminaire, organisé par l’AFPCN et la DIREN Rhône-Alpes qui s’est tenu le 9 mars 2009 dans les locaux de l’Institut Louis Lumière à Lyon, ont tous été d’accord sur les limites des formes et supports traditionnels de l’information -en particulier du texte imprimé (livres, plaquettes et autres publications) - qui peinent, sur ces thématiques, à assurer leur fonction de partage et transmission de la connaissance. Pour autant, il a été admis que cette approche écrite restait  essentielle à la conservation de la mémoire au sens large et que les archives départementales avaient un rôle majeur à jouer dans leur conservation sur le très long terme, en s’appuyant sur les nouvelles technologies de pointe sans cesse en évolution en matière d’archivage (numérique aujourd’hui).

 

Il est apparu dans les échanges que les médias audiovisuels, renforcés encore par les possibilités extraordinaires que le réseau Internet met désormais à disposition de tous les acteurs de la société civile, offraient des alternatives concrètes et innovantes à cette nécessité du « faire connaître ».

 

Les séminaristes se sont plus particulièrement attardés aux réponses que l’audio-visuel, entendu ici au sens large (outils et métiers), peut apporter en termes de conservation et de diffusion pérenne et adaptée des connaissances en matière de prévention des risques. Les questions d’ordre juridique liées aux statuts des documents audiovisuels et à leurs ayants droit ont été approchées : dons, dépôts sous conditions contractuelles...

 

 

La collecte des ressources audiovisuelles à l’échelon local


Plusieurs représentants de cinémathèques, ont donné un éclairage sur leurs missions régionales de repérage et de collecte d’enregistrements anciens (films professionnels ou amateurs), dont certains remontent à l’après guerre. Là encore, les échanges ont montré que cela nécessitait des compétences et des moyens spécifiques tant en ce qui concerne la collecte ou la réalisation, que la conservation et plus encore les modes de diffusion.

 

 

Les modes opératoires d’une diffusion élargie de l’information audiovisuelle

 

Enfin, les questionnements sur le format des produits audiovisuel s’est posé par rapport à l’usage que l’on en fait ; les contenus, les formes et longueurs de ces outils devant être adaptés en fonction des besoins mais aussi des modes opérationnels de diffusion envisagés. Le développement du très haut débit sur internet ouvre, là encore,  des perspectives nouvelles de ce point de vue. (cf intervention de l’IRMa ci-dessous dans les liens complémentaires).

 

 

La question de fond


Compte tenu de la complexité des sujets couverts par le champ de la prévention des risques naturels et de la multitude des informations qui existent, une question de fond reste posée sur les éléments d’appréciation qualitatifs, tous registres confondus, dont dispose réellement l’internaute qui s’informe. A-t-il vraiment les moyens d’avoir un recul critique pour apprécier une information qui peut être sortie de son contexte ?

 

 

 

En savoir plus :

> Découvrez la vidéothèque en ligne de l'IRMa
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/09videotheque_index.php

> Découvrez la photothèque en ligne de l'IRMa
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03phototheque_index.php


Télécharger :

> Consulter la communication de l'IRMa pour le séminaire AFPCN/DIREN Rhône-Alpes
http://www.irma-grenoble.com/PDF/actualite/articles/Presentation_IRMa.pdf



Commentaires »


adhesion
inondation de l'Arbresle en 2008
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2017 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |