Accueil >> Actualité >> Articles

Les coûts annuels liés au changement climatique pourraient atteindre plusieurs milliards d'euros...

| le 06-11-2009 | par Nelly Mioni - Documentaliste, IRMa | 4476 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Les coûts annuels liés au changement climatique pourraient atteindre plusieurs milliards d'euros...

L'Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique (ONERC) vient de remettre officiellement à Jean-Louis Borloo son rapport 2009 sur l'évaluation des coûts et des impacts du changement climatique sur le territoire français : les coûts annuels liés au changement climatique pourraient atteindre plusieurs milliards d'euros par an si aucune mesure d'adaptation n'est prise.

Créé par la loi du 19 février 2001, l'ONERC concrétise la volonté du Parlement et du Gouvernement de prendre en compte les questions liées aux effets du changement climatique. Depuis juillet 2008, l'Observatoire est rattaché à la direction générale de l'Energie et du Climat, au sein du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de la Mer, en charge des Négociations internationales et des Technologies vertes.

Les trois axes de ses missions sont :

- Collecter et diffuser les informations, études et recherches sur les risques liés au réchauffement climatique et aux phénomènes climatiques extrêmes ;

- Formuler des recommandations sur les mesures de prévention et d’adaptation à envisager pour limiter les risques liés au changement climatique ;

- Contribuer au dialogue sur le changement climatique avec les pays en développement.

Ce rapport 2009 est le troisième du genre : le premier proposait une stratégie nationale d'adaptation au changement climatique, le deuxième en 2007 traitait des risques sanitaires en France en liaison avec le changement climatique. L'objectif de ce troisième rapport est de procéder à une description la plus exhaustive possible des impacts et de donner les premiers éléments de coût de ces impacts par secteurs avec quelques mesures d'adaptation. Les coûts doivent être considérés comme des ordres de grandeur.

Dix thèmes ont été examinés selon des simulations plus ou moins pessimistes, réalisées par Météo-France  : ressource en eau, risques naturels et assurances, biodiversité, santé, agriculture, forêt, énergie, tourisme, infrastructures de transport et territoires.

Les risques naturels

Quatre types d'aléas ont été analysés :

  • les inondations sur 5 bassins-versants, (la Seine en Île-de-France, la Meuse dans les Ardennes, la Loire moyenne entre Nevers et Angers, le Rhône et l’Orb),
  • les risques côtiers en Languedoc-Roussillon,
  • le retrait-gonflement des argiles,
  • et les aléas gravitaires (avalanches, coulées de boue, chutes de roches…).

Le changement climatique devrait toucher davantage des territoires spécifiques (littoral, zones d’argiles…) que l’ensemble du territoire métropolitain.

La remontée du niveau de la mer pourrait concerner plusieurs centaines de milliers de personnes, souligne le rapport, avec des conséquences économiques très importantes pour les habitations et les entreprises. Pour la seule région du Languedoc-Roussillon, plusieurs dizaines de milliers de logements seraient exposés à un risque de submersion avec un coût de 15 milliards d'euros d'ici 2100.

De même, une remontée d'ensemble du niveau de la mer d'un mètre représenterait un coût patrimonial, pour les routes nationales métropolitaines (hors autoroutes et autres voieries) pouvant atteindre 2 milliards d'euros.

La quasi-totalité des départements sont concernés à des degrés divers par le retrait-gonflement des sols argileux et près de 400 000 maisons individuelles sont situées en zone d’aléa fort. Les coûts annuels pourraient être multipliés par un facteur de 3 à 6.

Les inondations : Selon trois hypothèses, les évolutions de dommages ne seraient pas significatives sur la Seine, le Rhône et la Loire moyenne, et seraient très importantes sur la Meuse et l’Orb. L'ONERC souligne  toutefois que ces estimations doivent être interprétées avec prudence.

Le rapport met en lumière le lien qu'il peut y avoir entre des événements extrêmes, tels que l'inondation du Gard en 2002 et le domaine de la santé : il s'est avéré que cette catastrophe a engendré une nette hausse de consommation de psychotropes, avec un coût pour l’assurance maladie supérieur à 230 000 euros dans les communes sinistrées.

Concernant les aléas gravitaires, l'impact du changement climatique reste incertain.

Dans le secteur forestier, à court-moyen terme (2030 ou 2050 selon le scénario), la production de bois serait plutôt positive (du Massif central au quart nord-est de la France). Néanmoins, les événements extrêmes tels que sécheresses, canicules et incendies pourront fortement atténuer les effets positifs au niveau national.  À long terme (jusqu’à 2100), en raison des événements extrêmes plus fréquents et de l’extension de la forêt méditerranéenne, les effets seront clairement négatifs.

La nécessité de poursuivre des actions de prévention

La thématique des risques naturels face au changement climatique renforce l'idée de poursuivre l'action de prévention voire de la renforcer. Plusieurs pistes sont conseillées selon le type de risque :

  • Adapter la politique actuelle de gestion du risque de catastrophe à une situation climatique changée,
  • Retrait-gonflement des argiles : Adapter les fondations des maisons individuelles, mettre en place des dispositions plus globales telles que celles préconisées dans les règlements des plans de prévention des risques naturels (PPRN)
  • Risques côtiers : Prendre en compte le changement climatique dans les documents d’aménagement et de planification, développer des systèmes de vigilance et d’alerte...
  • Inondations : Formuler des réponses adaptées en fonction de chaque bassin versant, adaptater des actions aux situations rencontrées (préparation à la gestion de crise, prévision, sensibilisation, ouvrages de protection, adaptation de la réglementation de l’usage des sols), étudier les réponses au risque de ruissellement urbain.

De même, les travaux réalisés ont fait émerger des besoins et des pistes pour poursuivre l’analyse des impacts du changement climatique sur les risques naturels : besoins de recherche, besoin de suivi et d'analyse.

Les territoires

Les travaux de l'ONERC se sont concentrés sur quatre types de territoires : le littoral, les zones urbaines, la
forêt et la montagne et font ressortir que les territoires ne seront pas touchés de la même façon.

Le Ministère de l'Ecologie confirme que la plupart des mesures d'adaptation sont largement dépendantes des caractéristiques territoriales et devront être examinées au cas par cas au niveau local. "Un plan national d'adaptation au changement climatique, conformément aux dispositions de la loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement, sera élaboré au plus tard en 2011. Ce troisième rapport de l'ONERC alimentera la concertation préparatoire à ce plan, qui sera engagée dès la fin 2009".

En outre, ce rapport reconnaît que l'information, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs (politiques, économiques, associatifs) et de la population au changement climatique et à l'adaptation constituent des aspects fondamentaux.

 

 

En savoir plus :

> Communiqué de presse du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer et interview de Michel GALLIOT, chargé des indicateurs du changement climatique au sein de l'ONERC
http://www.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=6256

> Le rapport 2009 de l'ONERC : "Changement climatique : Coûts des impacts et pistes d'adaptation" (195 pages)
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_onerc_cle098a8d.pdf



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |