Accueil >> Actualité >> Articles

Une doctrine ORSEC spécifique « évacuation de masse » devrait voir le jour avant la fin de l’année 2012

Le 10-07-2012 | Par Marion Rousselon - Ingénieur en prevention des risques, IRMa | 5120 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Une doctrine ORSEC spécifique «  évacuation de masse » devrait voir le jour avant la fin de l’année 2012

Une doctrine ORSEC spécifique « évacuation de masse » devrait voir le jour avant la fin de l’année 2012. Ce rapport, aujourd’hui en cours de validation dans les bureaux du ministère de l’Intérieur, pose les bases et grands principes d’une évacuation de grande ampleur.

Lors du colloque sur l’évacuation de masse du 5 juillet organisé par le Haut Comité Français pour la Défense Civile (HCFDC), la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) a présenté les travaux de cette future doctrine « évacuation de masse ».

 

Ce dispositif s’appliquera aux évacuations massives, sans pour autant spécifier de chiffres. Il pourra s’adapter à tout type d’évacuation (en milieu urbain comme à la campagne), dès lors que cette dernière dépasse les capacités de gestion habituelle.

 

Dans cette planification, deux critères importants sont à prendre en compte :

- L’identification possible du risque (par exemple pour une inondation dont les données en terme d’aléas et d’enjeux  sont connues), qui permet une modélisation et une sensibilisation de la population au préalable

- La cinétique de l’évènement : on parlera ainsi d’une évacuation anticipée si elle peut être organisée à plus de 24h, et d’une évacuation réactive si ce délai ne peut être atteint

 

D’autres critères sont également à considérer dans la planification d’une évacuation de grande ampleur, parmi lesquels ont peut citer :

- Les conditions météorologiques (le grand froid, la neige,… pouvant avoir des conséquences importantes dans le choix ses itinéraires d’évacuation et des centres d’accueil)

- La topologie du territoire (l’exemple de la ville de Grenoble lors du colloque a montré la complexité d’évacuer une grande agglomération entourée de montagnes, limitée de ce fait dans les grand axes routiers)

- Les infrastructures (route, train, transport en commun,…)

- La vulnérabilité de la population, constituée des personnes ne pouvant évacuer seules (EPHAD, personnes âgées ou personnes ne disposant pas de moyens de transport,…)

- Le caractère anxiogène de la population

 

Quelques recommandations issues du guide ont été également présentées :

- En ce qui concerne la définition de la zone d’évacuation, il s’agira de respecter certains points :

- Eviter d’isoler une zone

- Faciliter le contrôle de cette zone

- Définir un « tracé » de zone logique

- Diviser les zones en secteur avec une priorisation de ces derniers, et des lieux d’accueil prédéfinis

- Pour ce qui relève de « l’acceptation » de la population à évacuer, il conviendra de veiller à

- Evacuer les personnes avec leurs animaux si possible

- Prendre en compte la dispersion familiale, problématique qui peut se rencontrer en fonction de l’heure à laquelle se produit l’évènement (enfants à l’école, parents au travail et à la maison,…)

Cette nouvelle doctrine ORSEC devrait être rendue publique à l’automne 2012, et diffusée aux préfets ainsi qu’aux maires, de manière à pouvoir aider les responsables dans la réalisation des plans départementaux et des plans communaux de sauvegarde.



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |