Accueil >> Actualité >> Articles

Quelle utilisation des technologies de l’information et de la communication dans le cadre de la gestion de crise ?

Le 18-09-2012 | Par Jeanne Boussageon - Géographe / Chargée de projets, IRMa | 4249 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Quelle utilisation des technologies de l’information et de la communication dans le cadre de la gestion de crise ?

Le réseau Idéal Connaissances a organisé le jeudi 13 septembre 2012 une journée technique portant sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans le cadre de la gestion de crise. Le point sur les thèmes abordés, les questions soulevées et les réflexions engagées entre intervenants et participants.

Les automates d’appel en masse pour l’alerte des populations : retour d’expérience de Saint-Laurent-du-Var

Permettant de diffuser un message à plusieurs milliers de personnes en quelques minutes et par différents moyens (appel téléphonique, SMS, e-mail, fax), les systèmes d’alerte en masse se sont largement développés ces dernières années. Les prestataires actuellement sur le marché présentent une gamme variée d’offres de services, à des prix divers.

La ville de Saint-Laurent-du-Var utilise le système TéléAlerte développé par la société Gedicom. L’inscription dans l’annuaire d’alerte se fait par les habitants, depuis le site Internet de la mairie. Le système a déjà été utilisé plusieurs fois pour informer la population de phénomènes potentiellement dangereux (feux de forêt ou coups de mer par exemple).

En raison du caractère touristique de la commune (34 000 habitants permanents, passant à 80 000 personnes en haute-saison), le problème de l’alerte et de l'information des populations temporaires a été évoqué. Il revient en effet au maire, en cas d’évènement, d’alerter ces personnes qui ne figurent pourtant pas dans l’annuaire de Téléalerte. Or, s’il est techniquement possible d’y inscrire des personnes pour la seule durée de leur séjour sur la commune, encore faut-il qu’elles aient connaissance de cette possibilité.

 

Une tablette tactile pour remplacer la mallette d’astreinte : une initiative de la ville de Bourges

iAstreinte, le système développé par la commune de Bourges en partenariat avec la société Boréal business, a pour objectif principal d’être un outil opérationnel très peu encombrant. Il concerne uniquement les phases en amont de l’activation du PCS, et se voit donc utilisé par la personne en charge de l’astreinte.

Cet outil permet de concentrer dans une tablette numérique un annuaire téléphonique, des fiches réflexe présentant les procédures à appliquer selon les différentes situations pouvant être rencontrées, des cartes, un calendrier de disponibilité des lieux d’accueil potentiels (dates et horaires auxquelles la salle des fêtes est réservée par exemple), etc. Il permet par ailleurs de recevoir des documents – comme un rapport sur un évènement en cours – dès lors que l’on dispose d’une connexion Internet.

Pour demeurer opérationnel en cas de panne ou quelconque dysfonctionnement, la ville de Bourges s’est dotée de trois tablettes, et conserve un exemplaire papier des annuaires et fiches réflexes.

 

Une main courante informatique pour optimiser le partage des informations et le suivi des actions : systèmes développés à Montpellier et Amiens

L’objectif est double : d’une part permettre un partage rapide et large des informations quant à l’évolution de la situation sur le terrain et aux mesures de sauvegarde engagées, d’autre part simplifier le suivi des actions en notifiant à chaque fois si elles sont engagées, en cours ou en attente.

A Montpellier, les informations saisies sur ordinateur sont projetées au Poste de Commandement Communal (PCC) grâce à l’utilisation d’un vidéoprojecteur. A Amiens, la main courante est consultable sur l’intranet par l’ensemble des services de la municipalité, qui y ont accès en lecture seule. Les deux communes ont développé leurs mains courantes informatisées en interne.

 

Une application smartphone permettant d’impliquer le citoyen dans les questions de sécurité civile : un nouvel outil pour les habitants de Nice

Conçue par la ville en partenariat avec un prestataire (pour l’aspect technique de sa création), l’application présente trois fonctions principales. Elle permet de :

- signaler un désordre (description et localisation d’un phénomène observé par l’utilisateur),

- s’inscrire aux alertes émises par la mairie (avec la possibilité de sélectionner des thèmes d’alerte par types de phénomènes),

- consulter des informations relatives aux risques sur la commune et à leur prévention.

L’utilisateur a la possibilité de créer un compte personnel et de recevoir, à sa demande, des informations sur un évènement en cours.

Outre cette application, les alertes émises sur la commune sont également relayées sur le site Internet et le compte Twitter de la Ville, et via la page Facebook de la réserve civile et citoyenne.



Autres aspects abordés :

D’autres thèmes ont été évoqués entre les participants, bien que n’ayant fait l’objet d’aucune présentation.

 

  •     l’utilisation des réseaux sociaux pour communiquer en cas d’évènement

Les réseaux sociaux constituent un puissant outil de communication. Accessibles à toutes les communes car gratuits et ne nécessitant pas un équipement spécifique (ordinateurs et connexions à Internet s'étant généralisés dans l'administration), leur utilisation nécessite toutefois un investissement humain relativement important dans la mesure où les pages doivent être alimentées, modérées et administrées en continu, pour trier et réguler les informations à la fois entrantes que sortantes. Les communes de Nice et Fos-sur-Mer, qui utilisent leurs comptes Facebook et Twitter pour communiquer à la population, ont brièvement fait part de leur pratique à cet égard.

Mais les retours d’expérience demeurent rares en France, où l’utilisation des réseaux sociaux en période de crise est encore peu courante au regard de bien d’autres pays, comme les Etats-Unis ou Corée du Sud.

Pour plus d’informations sur le sujet, signalons :

- l’organisation par le HCFDC (Haut Comité Français pour la Défense Civile) d’un colloque sur le thème « Réseaux sociaux et crises », qui se tiendra le lundi 24 septembre 2012 au Palais du Luxembourg à Paris,

- la parution d’un rapport de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) sur l'usage des réseaux sociaux dans la communication de crise, prévue d’ici la fin de l’année 2012.

 

  •     la question de la sécurisation des systèmes et des données

Le développement des technologies, en raison des possibilités qu’elles offrent et donc des conséquences que pourraient avoir leur dysfonctionnement – accidentel ou du fait de malveillance – s’accompagne d’une nécessité croissante de sécuriser à la fois :

- les dispositifs (lignes téléphoniques utilisées dans le cas des systèmes d’appel en masse par exemple),

- les accès aux systèmes (restrictions d’accès, utilisation réservée à certains utilisateurs précisément identifiés etc.),

- les données personnelles (annuaires des automates d’appel en masse par exemple).

 

  •     l’indispensable formation des acteurs à l’utilisation des nouveaux outils

Même lorsque les systèmes utilisés sont simples d’utilisation, une formation et un entraînement des acteurs à la manipulation de ces outils est indispensable pour garantir une utilisation complète et rapide en situation d’urgence.


Précisons enfin que l’intervention initialement prévue du Ministère de l’Intérieur au sujet du projet SAIP (Système d’Alerte et d’Information des Populations), et qui ne s’est pas tenue, devrait être remplacée par une présentation au cours de ce second semestre 2012, qui sera accessible en webconférence depuis le site Internet du Réseau risques.

 

En savoir plus :

> Ville de Saint-Laurent-du-Var : présentation de la TéléAlerte et inscription
http://www.saintlaurentduvar.fr/cadre-vie/telealerte

> Présentation de l’application iAstreinte pour tablettes numériques
http://www.boreal-business.net/application/ipad/astreinte.html

> Ville de Nice : présentation et téléchargement de l’application smartphone « Gestion des Risques »
http://www.nice.fr/Actualites/L-application-smartphone-Gestion-des-Risques

> Colloque « Réseaux sociaux et crises » organisé par le HCFDC le 24/09/2012 à Paris
http://www.hcfdc.org/evenements/colloque.php?&mode=nb129


Télécharger :

> Programme de la journée
http://www.irma-grenoble.com/PDF/actualite/articles/Programme_journee_NTIC_Sept2012.pdf



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |