Accueil >> Actualité >> Articles

Plate-forme chimique du Pont de Claix : Exercice de secours interne de grande ampleur

| le 10-11-2004 | par Eric Philip - Ingénieur, IRMa | 2550 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |

Mercredi 3 novembre, les sociétés de la plate-forme chimique du Pont de Claix ont mené un exercice "POI" (Plan d'Opération Interne) de grande ampleur.

Cet exercice, qui s'ajoute aux exercices mensuels du site, sortait du commun dans la mesure où il faisait appel aux équipes de secours des entreprises chimiques voisinnes du sud grenoblois (Arkema Jarrie et Polimeri Champagnier) et des pompiers publics.

 

Un scénario d'incendie

Le scénario retenu cette année était un incendie sur un stockage de fioul de la société CEVCO.

A 15 h, l'alerte est donnée : l'exercice commence. Les premiers secours sur place constatent que du fuel enflammé s'écoule dans la cuvette de rétention du bac de stockage. Le besoin de renfort est immédiatement confirmé : le service Médical est averti pour prendre en charge les blessés et les pompiers arrivent avec les premiers véhicules. La première phase de l'intervention consiste à limiter la propagation du sinistre et à refroidir le réservoir avec une projection d'eau et d'additif, pour temporiser et attendre les renforts.

Compte tenu de l'ampleur de l'incendie simulé, les pompiers demandent l'intervention de la gendarmerie pour fermer la Voie des collines, route située à l'est de l'usine. Parallèlement, les équipes de la plate-forme entrent en contact avec l'entreprise voisine Federal Mogul pour qu'ils évacuent leur personnel et qu'ils mettent en place leurs moyens de secours.

Les pompiers de l'extérieur (Arkema Jarrie, Polimeri Champagnier et du centre de secours du sud de l'agglomération) arrivent en renfort pour compléter les moyens de la plate-forme. Une fois toutes les équipes d'intervention en place, les pompiers peuvent alors attaquer le feu avec de la mousse, ce qui permettra d'étouffer l'incendie. La bonne coordination et l'importance des moyens en place simultanément permet de venir à bout de ce sinistre de grande ampleur en moins de deux heures.

 

Bilan satisfaisant

L'exercice s'est achevé par un bilan "à chaud" qui a rassemblé les représentants de chaque cellule (poste de garde, cellules de crise, poste de commandement avancé…), les représentants des pouvoirs publics (pompiers, gendarmes…), le CHSCT et des observateurs extérieurs invités (associations de riverains, FRAPNA, IRMA, ville de Pont de Claix). Ce "débriefing" a permis à chacun de formuler ses remarques sur le déroulement de l'exercice.

Dans l'ensemble, l'exercice s'est déroulé de manière satisfaisante avec une mention particulière pour l'efficacité des équipes d'intervention présentes sur le terrain, qui ont manœuvré avec une excellente coopération. Les observateurs présents ont jugé que la communication entre les différents lieux de gestion de la crise était toutefois perfectible. Un progrès sur ce point permettrait de rendre l'intervention encore plus efficace.



Commentaires »


L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |