Accueil >> Actualité >> Articles

Les campings situés dans des zones de submersion rapide vont être inspectés dans les deux années à venir

| le 11-12-2014 | par Sébastien Gominet - Géographe, IRMa | 2357 vues | Recommander cet article |
Les campings situés dans des zones de submersion rapide vont être inspectés dans les deux années à venir
Camping municipal de Lamalou-les-Bains inondé par la crue du Bitoulet dans la nuit du 16 au 17 septembre 2014 ©Pierre-Roger DEMAY

Le décès de plusieurs personnes dans un camping de l'Hérault en septembre dernier a conduit le gouvernement à demander aux préfets un examen de la pertinence des autorisations accordées et du respect des prescriptions d’information, d’alerte et d’évacuation dans l'ensemble des terrains de camping et de caravanage de leur département. Ceux dans lesquels il serait impossible d’adopter des mesures d’alerte et d’évacuation des occupants pourraient être l'objet d'une fermeture administrative.

L'instruction aux préfets rappelle qu'un réexamen de l’exposition et de la vulnérabilité aux risques de submersions rapides de l’ensemble de ces terrains avait été demandé après les dommages subis par les campings lors de la tempête Xynthia en février 2010 et les crues de l’Argens (voir les photos ici) en  juin  2010.

« Les événements en 2013 dans les Pyrénées, début 2014 en Bretagne et dans le Var, et ces derniers jours en Languedoc-Roussillon, nous rappellent à la plus grande exigence vis-à-vis des obligations relatives à la sécurité des occupants des terrains de campings et de caravanages » précise encore le document. En effet, « les démarches entreprises ne sont pas achevées et doivent être poursuivies. Les contrôles sont généralement irréguliers et les situations restent très inégales selon les territoires touchés, même si, dans plusieurs régions et départements, un travail important a été réalisé en matière de recensement et de mise en place de dispositifs de réaménagement ».

Les programmes d'inspection, qui pourront s'étaler sur les deux prochaines années, devront permettre d'examiner le respect des prescriptions d’information, d’alerte et d’évacuation arrêtées en application de l’article L.443-2 du code de l’urbanisme mais aussi d'examiner la cohérence de ces mesures avec celles des Plans Communaux de Sauvegarde (PCS) et des dispositifs ORSEC. Dans tous les cas, il est indiqué, qu'à l'avenir, les conditions d’évacuation dans les campings à risques en cas de vigilance crue orange ou rouge (et non de vigilance météorologique) devront être les suivantes :

  • vigilance crues de niveau orange sur des cours d’eau : le préfet, en liaison avec les maires concernés, examine la nécessité de procéder à l’évacuation des campings situés le long de ces cours d’eau.
  • vigilance crues de niveau rouge : l'évacuation doit être engagée sans délai.

Il est à noter que l'instruction du Gouvernement ne précise rien quant aux mesures d'évacuation à prendre en cas de vigilance météorologique "pluie/inondation", "inondation" ou "orage" de niveau orange ou rouge. Il convient d'ailleurs ici de rappeler que pour les cours d'eau non couverts par le service de vigilance crue, la situation locale doit être appréciée par les maires et les exploitants de terrains de camping concernés en plus de l'examen des cartes de vigilance météorologique : le 21 juillet dernier, un camping a été évacué à Châtelus en Isère (reportage de France 3 Alpes), alors que le département était en vigilance météorologique jaune et le 8 septembre, un autre camping a été évacué à Thones en Haute-Savoie (reportage de France 3 Alpes), alors que le département était là aussi en vigilance jaune.

Concernant le risque tempête, l'instruction du Gouvernement précise que les gestionnaires de campings devront prendre en compte les recommandations suivantes :

  • élagage des arbres dans le cadre des travaux d’entretien,
  • lors de l’événement, surveillance des arbres dès l’alerte de vent violent et regroupement des campeurs dans un abri en dur.

 A ce sujet, on peut rappeler que le 20 juillet dernier, un homme est décédé dans un camping à Saint-Just-d’Ardèche (07) et une femme dans un camping de Saint-Paulet-de-Caisson (30).

 

 

En savoir plus :

> Instruction du Gouvernement du 6 octobre 2014. Consulter le texte :
http://www.irma-grenoble.com/03risques_majeurs/02reglementation_article.php?id_texte=249&id_loitheme=13

> La crue du Bitoulet à Lamalou-les-Bains : plusieurs décès dans un camping municipal
http://www.irma-grenoble.com/05documentation/03phototheque_reportages.php?id_REP=3997



Commentaires »


adhesion
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2017 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |