Accueil >> Actualité >> Articles

La sécurité dans les campings en zone inondables : sommes-nous réellement prêts ?

Le 26-08-2020 | Par Philippe Bouvet - Office national des forêts, directeur de l’agence RTM des Alpes du Sud | 472 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
La sécurité dans les campings en zone inondables : sommes-nous réellement prêts ?
Le Bastan à Barèges en Hautes-Pyrénées après la crue du 18 juin 2013 - Prise de vue le 19 juin depuis l’hélicoptère de la sécurité civile montrant le passage des eaux de crue à travers le camping établi en lit majeur © RTM - ONF

La question est simple. Mais il ne sera pas possible d’y répondre sans une analyse détaillée de la menace (que connait-on réellement des scénarios d’inondation auxquels il faudra faire face), de la pertinence des choix (sur les moyens et procédures retenus) et de l’efficacité réelle des acteurs (qui, le moment venu, devront agir avec une parfaite organisation face à une menace imminente). Avec des retours d’expérience, un travail approfondi de différents acteurs et des développements d’outils et de services, ces dernières années ont permis des avancées majeures qu’il faut connaitre et mettre en œuvre.

Les connaissances indispensables sur le camping

Il ne peut pas exister de bonne prévention ou de bonne organisation sans bien connaitre la menace. Pour chaque camping, il faut, au moins :

  • connaitre les premiers points de débordement menaçants et quelle est la plus faible crue pouvant déborder,
  • connaitre la vitesse maximale possible pour la montée des eaux [1],
  • comprendre en compte les facteurs aggravants possibles.

Les choix essentiels

1 - Surveiller les pluies ou les débits ?

Exemple de la crue de l’Ample à Reynes (66), le 10/10/1987

La superficie du bassin versant est ici de 49 km². Le débit est passé d’un niveau faible (environ 20 m3/s) à un pic très fort (plus de 120 m3/s) en, seulement, 45 minutes.

Dans de telles configurations, une surveillance des débits ou des niveaux d’eau n’est pas adaptée ou est nettement insuffisante. Il faut surveiller les pluies.

Exemple de la crue de l’Ample à Reynes le 10/10/1987
Exemple de la crue de l’Ample à Reynes (66), le 10/10/1987 © ONF-RTM

 

Usuellement, sur les fleuves et rivières, ce sont les hauteurs d’eau (ou les débits) qui servent à anticiper sur les risques de crue. Mais, pour les petits bassins versants (moins de 100 voire 200 km²), ces informations peuvent être notoirement insuffisantes et des informations ou mesures précises sur les pluies deviennent indispensables. Toutes les technologies possibles pour la mesure des pluies (et notamment les radars météorologiques) doivent être connues et utilisées lorsque nécessaire.

 

2 - Évacuer ou mettre en sécurité ? Partir à pied ou avec les véhicules ?

Procéder à des évacuations complètes avec les véhicules nécessite des délais importants (plusieurs heures). Si cela peut être réaliste pour des fleuves ou de grandes rivières, ça ne l’est plus pour des bassins versants plus petits (délais trop réduits entre le début des pluies et d’éventuels débordements). La seule solution réaliste reste alors des mises en sécurité vers des points hauts proches, à pied.


3 - Combien de personnes dans le service de sécurité du camping ?

Les deux paramètres principaux sont la taille du camping et la brutalité des crues. Sur les sites les plus contraints, l’objectif sera souvent de pouvoir mettre en sécurité tous les campeurs en moins de 45 ou 60 minutes et le nombre de personnes composant le service de sécurité doit être adapté en conséquence.


4 - Un élément clef : le CPS (cahier des prescriptions de sécurité)

Il est obligatoire. Il doit aussi être adapté, pertinent et complètement opérationnel.

De gros efforts de rédaction et de clarté doivent être faits pour que chaque CPS soit un document actant précisément les contraintes et les choix en donnant à chaque opérateur mobilisé pour la mise en sécurité des campeurs un plan d’action précis et rigoureux.

EXEMPLE DES 4 PHASES PRINCIPALES D’UN CPS ET DES INFORMATIONS LES PLUS UTILES À EXPLOITER
Exemple des quatre phases principales d'un CPS et des informations les plus utiles à exploiter [2]

 

QUELS OUTILS POUR SUIVRE L’ÉVOLUTION DES PHÉNOMÈNES HYDROLOGIQUES
  • Services
  • Météo France
  • Vigilance Météo
  • Vigicrues
  • APIC
  • Vigicrues Flash
  • Météorage
  • PREDICT
  • Services RAINPOL®

CAMPINGS ET INONDATION DANS L'ARC MÉDITERRANÉEN 

Une étude sur les campings et les risques d’inondation dans l’arc méditerranéen a été réalisée en 2018 et 2019 conjointement par la mission interrégionale « Inondation Arc Méditerranéen » (MIIAM) de la DREAL de zone de défense et de sécurité sud (Provence - Alpes - Côte d’Azur), le Cerema, le Cyprès, l’ONF-RTM et le Syndicat Mixte de l’Argens (SMA).
Les résultats de ces travaux prennent la forme de 3 livrables à destination des professionnels en matière de prévention des risques d’inondation dans les campings de l’arc méditerranéen :
  • un recueil de bonnes pratiques ;
  • un rapport d’observations, de bonnes pratiques et de recommandations ;
  • un document regroupant les annexes du rapport précité.

Ces documents sont téléchargeables sur : http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/recueil-de-bonnes-pratiques-campings-et-inondation-r2342.html

 

NOTES :

[1] Dans ce domaine, d’importantes connaissances récentes sont à intégrer : Quefféléan Y., Unanoa S. (2015) – « Évaluation du temps de montée des crues torrentielles rapides » – ONF/DFRN/DRN – Pôle RTM – MEDDE –DGPR/SRNH/BRNT – Décembre 2015 – 200 pages - Rapport accessible sur le site : https://www.researchgate.net

[2] Voir aussi, en complément, le schéma « Echelle temporelle d’utilisation des dispositifs » IN « Guide pratique d’élaboration du volet inondation du plan communal de sauvegarde », Pascal Belin (Cerema), Ghislaine Verrhiest-Leblanc (MIIAM Dreal PACA), Philippe Blanc (DGSCGC), Mathias Lavolé (IRMa), p. 66, 2019 : http://www.irma-grenoble.com/PDF/actualite/articles/guide-inondation-bd-planche-Web.pdf

 

En savoir plus :

> La sécurité des terrains de camping : Guide pratique destiné aux acteurs de la sécurité des terrains de camping, aux professionnels de l’hôtellerie de plein air, aux collectivités locales et aux services de l’État (MEDDTL, MAAPRAT, DGSCGC), 38 p., 20
http://www.side.developpement-durable.gouv.fr/Default/digital-viewer/c-213362

> Risques Infos n°40 :
http://www.irma-grenoble.com/06publications/01publications_risquesinfos_sommaire.php?id_risquesinfos=40



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |