Accueil >> Actualité >> Articles

Prévention des risques naturels : adaptation de l'interface aux émotions des utilisateurs et à leur environnement

Le 25-11-2020 | Par Mina Alipour - doctorante UGA | 842 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Prévention des risques naturels : adaptation de l'interface aux émotions des utilisateurs et à leur environnement
Vigiflood : le prototype actuellement développé pour montrer la faisabilité et l'intérêt de l'approche d'une interface adaptative

La prise de décision peut être difficile face aux risques naturels. Les émotions ont un impact sur le comportement humain et la décision, tant avant que pendant un incident. Elles affectent le niveau de préparation : le fait de susciter des émotions négatives entraîne une augmentation de la perception du risque et peut potentiellement entraîner une adaptation du comportement. Nous proposons d'utiliser les émotions au sein de plateformes et d’ outils de préparation aux catastrophes pour aider les citoyens à se préparer à l'éventualité d'une catastrophe naturelle. Dans ce but, les interfaces utilisateurs (c'est-à-dire les widgets, les couleurs,...) des plateformes et outils de préparation peuvent être adaptées pour susciter des émotions.

 
Je suis doctorante à l'université de Grenoble-Alpes (France) sous la direction de Sophie Dupuy-Chessa (LIG) et d’Eline Jongmans (CERAG). Je suis membre de l'équipe de recherche de l'Ingénierie de l’Interaction Homme-Machine [http://iihm.imag.fr] au Laboratoire d'informatique de Grenoble (LIG). Je travaille sur le marketing et l'interaction homme-machine des systèmes de prévention des catastrophes naturelles dans le cadre d'un projet de recherche interdisciplinaire intitulé "Risque dans le domaine de la gestion des catastrophes et des risques". J’ai effectué un master en aide à la décision et intelligence économique au sein de l’école d’ingénieurs Centralesupélec en France. Dans le cadre de mon mémoire de master, j'ai travaillé sur le thème de la visualisation des données de santé au travail avec l'équipe AVIZ à l'INRIA. En plus de ma formation universitaire, j’ai une expérience de travail dans l'industrie en tant que chef de produit pendant quatre ans en Iran.

Mes travaux de recherche se focalisent sur la préparation aux risques naturels. Pour prévenir ou gérer les risques naturels, des programmes de politique publique sont mis en place. Ils ont pour objectif principal la gestion des risques en tant que telle ainsi que la sensibilisation du public à cette question. Le succès de ces programmes dépend i) de la compréhension du processus décisionnel par la population, ii) de l'actualisation de ce processus décisionnel sous forme d'actions concrètes. Mon travail vise à améliorer la préparation et la prise de décision des citoyens grâce aux émotions.

Cette recherche étudie l'impact de la dynamique d'une interface adaptative sur l'expérience utilisateur appliquée à un jeu sérieux sur la prévention des risques naturels ici les inondations. L’adaptation est basée sur la création d'un modèle d'utilisateur, prenant en compte les émotions, qui permet ensuite d'adapter l'interface à l'utilisateur et à leurs signaux de communication.

Contexte

Dans certaines conditions d'incertitude, par exemple lorsqu'une personne est confrontée à des informations critiques liées à son environnement direct, la prise de décision peut être difficile [1]. Il peut en résulter des divergences entre les modèles théoriques de comportement et les comportements réels des personnes. Les autorités doivent cependant comprendre les réactions comportementales des citoyens et la mesure dans laquelle ils suivent les recommandations. D’autre part, la création d'une chaîne d'information dans une gouvernance intégrée de la gestion des risques nécessite l'utilisation de nouvelles technologies, à la fois pour collecter les informations et pour les consolider, les intégrer et les diffuser. Dans cette perspective, de nombreux utilisateurs, ayant des comportements, des caractéristiques et des compétences différentes, devront utiliser ces outils.

 

 

Problème

Dans ce doctorat, j’étudie la préparation des personnes aux risques naturels par le biais des jeux. Mon approche est basée sur les émotions qui sont des réactions aux événements et peuvent avoir un impact sur les décisions des utilisateurs pour choisir un produit individuel ou une caractéristique spécifique. À cet égard, ce doctorat se concentre sur deux problèmes interdépendants.
En termes de marketing, les questions abordées sont les suivantes :

  • Comment les différents types d'émotions influencent le processus de décision des citoyens en matière de risques naturels ?
  • Comment la médiation des émotions peut augmenter la tendance à la préparation ? Par exemple, l'augmentation de la peur, augmente l'estimation des risques et prévoit des mesures de précaution.

En termes d'interaction homme-machine, je suis particulièrement intéressée par deux questions soulevées par Christian Martin et al. [2] et que nous aborderons dans le cadre des jeux sérieux pour la préparation aux catastrophes naturelles :

  • Quelle(s) émotion(s) les concepteurs d'interfaces doivent-ils prendre en compte ?
  • Quand et comment les interfaces devraient-elles tenter de répondre directement aux émotions et aux besoins fondamentaux des utilisateurs ?

Je soutiens que les émotions peuvent fournir un retour d'information pertinent pour adapter les interfaces utilisateurs mais aussi pour améliorer l'expérience de jeu en phase de prévention du risque naturel. Les expressions faciales présentées par les visages non seulement démontrent des émotions mais sont également une composante communicative. Le visage joue un rôle important dans le processus de communication. Un sourire peut exprimer le bonheur ou être une salutation polie. Certaines expressions faciales sont liées à la structure syntaxique de l'énoncé : les sourcils peuvent se lever sur un accent et sur des questions non marquées de façon syntaxique.

Les mouvements du regard et de la tête font également partie du processus de communication. Dans ce domaine et afin d'approfondir mes problématiques de recherche, j’étudie plus spécifiquement les points suivants :

  • Quels signaux de communication [3] sont pertinents pour améliorer l'expérience de jeu et faciliter la réalisation des objectifs d'apprentissage du jeu pour la prévention des risques naturels ?
  • Quand l'adaptation aux signaux de communication [3] doit-elle être déclenchée en termes de timing ?

 

Approche

Un prototype est actuellement développé pour montrer la faisabilité et l'intérêt de l'approche. L'objectif est de modéliser ces caractéristiques personnelles spécifiques et d'adapter l'interaction pour améliorer l'expérience de jeu des utilisateurs et la préparation aux risques.


Vigiflood : le prototype actuellement développé pour montrer la faisabilité et l'intérêt de l'approche d'une interface adaptative

En ce qui concerne les interfaces homme-machine, le but de la recherche est d'améliorer l'expérience de l'utilisateur grâce à un retour d'information implicite de l'utilisateur (c'est-à-dire ses émotions). Du point de vue du marketing, lorsque les gens prédisent leurs émotions à propos d'un événement, trois cas potentiels peuvent se présenter : sous-estimation, surestimation ou estimation précise [5]. Cette théorie est appelée "Affective Forecasting" (prévision affective) [4]. Elle a conçu trois études expérimentales qui placent les personnes interrogées dans une situation de prévision de leurs réactions émotionnelles à un danger potentiel (les prévisionnistes) ou de simulation d'une catastrophe sur la base de stimuli visuels (les expérimentateurs). Les résultats montrent que, lorsque les participants imaginent une catastrophe potentielle, les prévisionnistes ressentent des émotions négatives plus intensément que les expérimentateurs. Lors d’une expérimentation, j’ai pu montrer notamment que les émotions négatives atténuent l'effet de l'erreur de l’"Affective Forecasting" sur l'état de préparation des personnes et que les niveaux de leur Locus of Control interne modèrent cet effet indirect. Le Locus of Control interne est défini comme le fait que les gens croient avoir le pouvoir sur l'issue de leurs événements de vie.

 

NOTES :

[1] Lei Zhou, Xianhua Wu, Zeshui Xu, and Hamido Fujita. Emergency decision making fornatural disasters: An overview.International Journal of Disaster Risk Reduction, 27:567 –576, 201

[2] Christian Martin, Christian Herdin, and Jurgen Engel. Model-based user-interface adaptation by exploiting situations, emotions and software patterns. International Conference on Computer-Human Interaction Research and Applications, 2017.

[3] Chris Frith. Role of facial expressions in social interactions. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 364(1535):3453–3458, 2009.

[4] Timothy D Wilson and Daniel T Gilbert. AFFECTIVE FORECASTING. 35:345–411, 2003

[5] Eva Buechel, Carey Morewedge, and Jiao Zhang. Impact bias or underestimation? Outcomespecifications determine the direction of affective forecasting errors.Advances in ConsumerResearch, 44(5):400–403, 2016.

Le Cross Disciplinary Project Risk (CDP Risk) de l'Université de Grenoble Alpes est un des dix-huit projets d'une Initiative d'Excellence financée par l'Etat à Grenoble pour favoriser l'émergence de recherches pluridisciplinaires dans différents domaines. Depuis 2018, le CDP Risk rassemble plusieurs laboratoires grenoblois impliqués dans des projets transversaux pour répondre à des problèmes sociétaux d'analyse, de prévention des risques et de gestion de crise, tant par des approches issues des sciences humaines et sociales que par des méthodologies issues des géosciences, de l'ingénierie et des sciences de l'information. Le CDP RISK finance onze thèses co-dirigées au sein de laboratoires complémentaires pour initier la science du risque de demain autour des risques naturels et de leur impact sur la société. A terme, un Institut des Risques doit voir le jour à Grenoble avec la perspective de développer et valoriser la recherche et la formation autour des risques auprès d'acteurs institutionnels et privés. Dans cet esprit, 7 doctorants ont accepté de partager sur le site Web de l'IRMa leurs premiers résultats de thèse. Une saga en 7 épisodes, à retrouver ici chaque semaine !

  risk.univ-grenoble-alpes.fr
https://twitter.com/Risk_UGA @Risk_UGA



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |