Accueil >> Actualité >> Articles

Un exercice PPI pour l’établissement CEZUS de la plate-forme chimique de Jarrie

Le 17-10-2012 | Par Jeanne Boussageon - Géographe / Chargée de projets, IRMa | 3876 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Un exercice PPI pour l’établissement CEZUS de la plate-forme chimique de Jarrie

Le mardi 16 octobre 2012, un exercice de sécurité civile de grande ampleur organisé par la préfecture de l’Isère a permis de tester le Plan Particulier d’Intervention (PPI) de l’établissement CEZUS de la plate-forme chimique de Jarrie, en simulant la formation d’un nuage toxique provoqué par un accident dans l’usine. Le point sur les acteurs mobilisés pour l’occasion.

Vers 8h30 ce mardi 16 octobre 2012, un accident fictif dans l’établissement CEZUS Jarrie entraînant le déversement de zirconium amène l’exploitant à activer son Plan d’Opération Interne (POI). Environ une heure plus tard, par réaction chimique liée aux conditions météorologiques fictives (précipitations), un nuage toxique se forme. Les effets dépassant dès lors l’enceinte de l’établissement (menace pour la population), le Plan Particulier d’Intervention est activé.

Habituellement mis en œuvre sur décision du préfet, le PPI peut néanmoins être activé en mode réflexe, c’est-à-dire directement par le responsable de l’établissement, en cas de cinétique rapide nécessitant une réponse opérationnelle en urgence : c’est ce qu’il se produit au cours de l’exercice. Le directeur de cabinet du préfet en est immédiatement informé et réunit aussitôt l’ensemble du personnel présent pour demander l’armement du Centre Opérationnel Départemental (COD) et l’alerte de ses membres.

Le COD est la structure de commandement, basée en préfecture. C’est là que sont prises les décisions et que sont centralisées l’ensemble des informations remontant du terrain. Y sont ainsi réunis le Directeur des Opérations de Secours (préfet, représenté lors de l’exercice par son directeur de cabinet) et des représentants de l’ensemble des structures et services qui ont un rôle à jouer dans la réflexion et la mise en œuvre des actions à entreprendre.

En l’occurrence, pour cet exercice PPI, le COD compte des représentants :

  • de la préfecture, chargée de coordonner l’ensemble des acteurs intervenant dans la gestion de l’évènement et d’assurer la communication avec les médias ;
  • du groupe Aréva (dont CEZUS est une filiale), chargé d’apporter des éléments de connaissance sur l’accident, sa gestion en interne, les évolutions possibles et les conséquences en terme de santé publique (liées notamment à la nature et à la quantité de produits en jeu) ;
  • de la DREAL, dont le service des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) vient compléter l’expertise sur la sécurité des populations ;
  • de Météo-France, qui apporte des précisions sur les conditions météorologiques en cours et prévues, qui influencent largement l’évolution de l’évènement (réaction chimique entre les produits et l’eau de pluie, vitesse de déplacement et direction du nuage toxique) ;
  • du SDIS, Service Départemental d’Incendie et de Secours, qui coordonne les interventions menées par les sapeurs-pompiers, et notamment les équipes spécialisées comme la CMIC (Cellule Mobile d’Intervention Chimique) ;
  • de la Gendarmerie, en charge notamment d’interdire l’accès aux secteurs à risque (bouclages routiers), de mettre en place des déviations routières et de patrouiller (en tenue de protection spéciale) pour s’assurer qu’aucune personne n‘est exposée au nuage toxique dans les zones de confinement ;
  • de l’ARS, Agence Régionale de Santé, elle-même en lien avec le SAMU et qui coordonne la prise en charge des victimes par les services médicaux ;
  • de l’Education nationale, qui s’assure que les établissements scolaires ont bien reçu l’alerte et font appliquer les consignes pour assurer la sécurité des élèves et des personnels, via l’activation des PPMS (Plans Particuliers de Mise en Sûreté).

Durant toute la gestion de l’évènement (2h d’exercice PPI), le personnel préfectoral est également en liaison avec :

  • les maires des communes impactées (Jarrie, Champ-sur-Drac, Champagnier, Varces-Allières-et-Risset), chargés d’activer leur Plan Communal de Sauvegarde (PCS) afin de relayer l’alerte à la population et de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour garantir sa sécurité ;
  • les médias (France Bleu Isère, le Dauphiné Libéré, TéléGrenoble et France 3 Alpes), chargés de diffuser les communiqués de presse régulièrement transmis par la préfecture et comprenant notamment les consignes de sécurité à appliquer ;
  • le Conseil Général et la Direction Départementale des Territoires de l’Isère, en tant que gestionnaires des routes, pour l’aspect gestion du trafic et des déviations liées aux bouclages mis en place.

Le grand nombre d’acteurs prenant part à la gestion d’un évènement de sécurité civile et de plans qui se télescopent à différents niveaux font bien prendre conscience de la nécessité de réaliser des exercices d’une telle ampleur, d’une part pour tester les organisations mises en place, d’autre part pour entraîner l’ensemble des acteurs de la société, depuis le haut de la sphère décisionnelle jusqu’au citoyen.

 


Télécharger :

> Dossier de presse de la préfecture de l’Isère sur l’exercice PPI CEZUS Jarrie du 16 octobre 2012
http://www.irma-grenoble.com/PDF/actualite/articles/dossier_de_presse_PPI_JARRIE_du_16_octobre_2012.pdf



Commentaires »


JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |