Accueil >> Actualité >> Articles

La commune de La Tronche teste son nouveau Plan Communal de Sauvegarde

| le 20-04-2007 | par Marion Hébert - Ingénieur Sécurité Environnement, IRMa | 4227 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
La commune de La Tronche teste son nouveau Plan Communal de Sauvegarde

Jeudi 19 Avril 2007, la commune de La Tronche a évalué par un exercice la pertinence de son nouveau Plan Communal de Sauvegarde. Les agents et élus, qui s’attendaient à tester un évènement lié à l’inondation (crue du Charméran ou inondation de l’Isère) ont du pourtant faire face à une fuite de gaz sur le boulevard de la Chantourne, impliquant l’évacuation d’un secteur regroupant près de 500 personnes. Un exercice très positif pour la commune qui n’avait pas souhaité être informée ni de la date ni du thème du scénario.

 

Objectif : Tester la réactivité de la commune sur un évènement à cinétique rapide

Le scénario imaginé avait pour objectif de mettre en scène rapidement tous les acteurs du Plan sur des réflexions et choix à prendre. En effet, la fuite de gaz, suite à des travaux de terrassement sur le boulevard de la Chantourne, devait entrainer une évacuation rapide d’un secteur regroupant une population diversifiée et de nombreux enjeux : habitats individuels et collectifs, établissements recevant du public, une station essence, la route nationale 90 et les voies du tram B… et ce non loin du CHU !

Bien qu’à quelques jours des élections, le Maire et l’ensemble de son personnel communal se sont tous mobilisés pour mettre en pratique le PCS. Un des points positifs de l’exercice est notamment la réactivité de la commune, qui a su rapidement déployer ses hommes et ses moyens :

  • le Poste de Commandement Communal, regroupant le Maire et les responsables de cellules, s’est constitué en près de 20min
  • le personnel en charge des actions de terrains (Police municipale, services techniques) était présent auprès des services de secours en moins d’une demi-heure après l’alerte
  • le centre d’hébergement regroupant les personnes évacuées ainsi que le ravitaillement nécessaire a également été opérationnelle en temps voulu
  • enfin, les radios permettant d’assurer les transmissions ont été distribuées dès le début de l’exercice

Mais il faut également s’arrêter sur les points qui n’ont pas fonctionné :

  • la communication, à destination de la population ou des médias, n’a pas été aussi réactive, et les appels « fictifs » des habitants ou journaliste n'ont donc pas toujours été bien traités
  • le personnel a manqué de documents pratiques : cartes, paper-board pour retranscrire les informations essentielles,…

Des aspects qui seront donc à revoir et à tester de nouveau l’année prochaine !



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |