Accueil >> Actualité >> Articles

La commune de Saint Barthélemy de Séchilienne teste son PCS et le PPMS de l'école.

| le 26-04-2007 | par Marion Hébert - Ingénieur Sécurité Environnement, IRMa | 2851 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
La commune de Saint Barthélemy de Séchilienne teste son PCS et le PPMS de l'école.

Jeudi 26 Avril, pour son premier exercice de crise, la commune de Saint Barthélemy de Séchilienne s’était lancé un défi : tester à la fois son Plan Communal de Sauvegarde (PCS) et le Plan Particulier de Mise en Sureté (PPMS) de l’école. L’accident imaginé, un feu de camion de fuel lors du dépotage devant l’école, a été également l’occasion de vérifier les procédures de sécurité de l’entreprise de livraison ainsi que les modalités d’intervention des sapeurs pompiers de Vizille. Un exercice « grandeur nature » qui a permis à chaque acteur d’apprendre à se coordonner pour agir efficacement au cas où...

A 9h00, alors que le chauffeur livre le fuel devant l’école, le camion prend feu. N’arrivant pas à le maîtriser, ce dernier prévient les pompiers et l’école… L’alerte est lancée !

C’est dans un premier temps la responsable de l’école, à quelques mètres du feu, qui doit réagir au plus vite. Après rassemblement de tous les élèves, les institutrices décident rapidement d’évacuer le bâtiment pour rejoindre la Mairie. Les réflexes essentiels sont bien là :

  • comptage des enfants
  • appel des pompiers et de la mairie

Mais quelques oublis ont montré l’utilité de s’entraîner. Bien que cela soit précisé dans les fiches réflexes, l’urgence a fait que l’institutrice n’a pas pensé à couper les organes de sécurité (ventilation, électricité,…) et récupérer le carton PPMS avant de fuir le lieu.

 

A 9h15, avec l’arrivée des pompiers sur les lieu, c’est au tour de la commune, qui a déclenché son PCS, de prendre différentes mesures d’urgence :

  • bloquer les accès à la zone de danger,
  • aider les pompiers pour l’évacuation des personnes dans un périmètre de 150m,
  • et gérer le risque environnemental lié à la fuite du produit
le tout en gérant les appels des parents ou l’arrivée des journalistes ! Une série d’actions difficiles à mener pour une petite commune qui dispose de peu de moyens humains et matériels.
Le Maire et ses agents ont su réagir rapidement et tenté de s’organiser pour répondre au mieux à la situation. Cependant, certaines points sont à revoir :
  • l’identification des agents sur le terrain voire un élu référent, avec lesquels les sapeurs pompiers ont besoin d’un lien direct et immédiat,
  • la restriction de l’accès au poste de commandement,
  • la réflexion sur les lieux de regroupement des personnes évacuées
  • la mise à disposition de documents pratiques tels que des cartes ou des papers-boards pour permettre à chacun de suivre le déroulement de l’évènement.
 
 

En conclusion, un exercice riche en enseignement pour chacun des acteurs, qui doivent apprendre, au travers de ces entraînements, à travailler ensemble.

 

C’est au travers de ces exercices que les rouages de l’organisation de crise peuvent être testés et ajustés.

En effet, chaque acteur a véritablement joué son rôle : pompiers, chauffeur, commune,… La commune de Saint Barthélémy, confrontée à de nombreux risques majeurs, et notamment celui de la rupture des ruines de Séchilienne, mesure la difficulté à gérer des telles crises. Fort de toutes les remarques faites lors du débriefing, Gilles Strappazzon, Maire de la commune, sait qu’il doit continuer à améliorer ses dispositifs communaux pour être prêt le « Jour J ».

 

Un exercice qui a également suscité l’intérêt de nombreuses communes, qui sont venues assister et observer le déroulement de la matinée : Olivier Cartier du Syndicat Intercommunal du bassin d'Albertville, et Francis Carré, Maire adjoint de la commune de Notre Dame de Mésage. Cette commune doit très prochainement tester à son tour son dispositif communal.

L’occasion d’une nouvelle news sur le sujet !

 

 



Commentaires »


900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |