Accueil >> Actualité >> Articles

Des zombies pour promouvoir le DICRIM de la commune de Salaise-sur-Sanne (Isère)

Le 27-03-2013 | Par François Giannoccaro - Directeur de l'IRMa | 5169 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Des zombies pour promouvoir le DICRIM de la commune de Salaise-sur-Sanne (Isère)
Crédit photo : Salaise-sur-Sanne

On apprend que des zombies assoiffés de sang ont envahi des centres commerciaux à Salaise sur Sanne (Isère). Loin d’être un canular, cette opération de communication parfaitement calculée par la commune visait des objectifs très sérieux : promouvoir la nouvelle édition du Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM). L’IRMa était présent à la réunion publique du 26 mars 2013 de présentation de l’ensemble de la démarche à la fois burlesque et audacieuse.

Des zombies pour parler de risques majeurs

« Les zombies attaquent. Ils entrent en force dans des appartements de la ville. Ils font plusieurs victimes sur leur passage, leur morsure étant mortelle ; excepté dans quelques foyers dont les occupants sont préparés de longue date à y faire face».

Il ne s'agit pas du synopsis du dernier Resident Evil mettant en vedette Milla Jovovich attaquée par des zombies qui surgissent de tous les coins, mais bien du concept décalé sur lequel s’est construite toute la campagne de communication de Salaise-sur-Sanne sur les risques majeurs naturels et technologiques pouvant survenir sur cette commune.

C’est à l’occasion de la présentation de la nouvelle édition du DICRIM de la commune en réunion publique que la centaine de salaisiens présents ont pu découvrir ce document qui met en scène un mort-vivant sur sa première de couverture. Le Maire, Jacky Crouail, accompagné de ses services et de représentants des industriels et des services de secours, a signalé la diffusion prochaine à tous les foyers de ce document réglementaire d’information préventive sur les risques majeurs qui relève de sa responsabilité, selon le Code de l’environnement.

Salaise-sur-Sanne est en effet située dans l’Isère Rhodanienne et est impactée par de nombreux risques majeurs : risques naturels avec les crues de la Sanne, mais aussi risques technologiques majeurs générés principalement par des établissements industriels dits « site Seveso » implantés sur la plateforme chimique de Roussillon et par la Centrale nucléaire EDF de Saint Alban.

Un diagnostic sociologique, réalisé en 2012 par l’ICSI et le CESSA, révélait à la municipalité commanditaire qu’un tiers de la population ne connaissait pas le DICRIM. L’heure était donc venue de passer à l’action et de mettre en œuvre une démarche particulière pour lancer et faire connaître son nouveau DICRIM.

Réfléchir sans préjugé

Depuis plusieurs jours, les échanges allaient bon train dans la sphère des spécialistes des risques qui avait eu connaissance de l’initiative de la commune à travers un carton d’invitation à la réunion publique mettant également en scène des zombies.

En substance, on pourra dire que l'utilisation ludique de zombies doit empêcher les participants de réfléchir selon leurs préjugés personnels. Il s'agit d'une métaphore pour illustrer une situation où la structure de la société peut se retrouver rapidement dépassée et elle permet d'attirer l'attention du public sans sombrer dans le catastrophisme du sujet délicat des risques majeurs.

"Farfelue" à première vue, selon certains, l'utilisation du thème des zombies rejoint les préoccupations du public liées à des situations de sinistres réels, tels la santé, l'environnement et la sécurité publique. L'improbabilité ou l'invraisemblance d'un tel événement (une attaque de zombie) favorisera de manière détournée l'émergence d’une prise de conscience sur la nature des comportements à adopter face à l’accident majeur qui lui peut être bien réel. En somme, la préparation anti-zombies est donc, surtout, une façon distrayante de se préparer à affronter une situation catastrophique.

Une première en France mais pas si originale que ça

L’initiative décalée est une première en France mais pas si originale que ça lorsque l’on regarde du côté des Etats-Unis, de Québec ou encore de la Colombie Britanique qui a organisé en mai 2012 un exercice d’attaque de zombies, offrant des conseils sur la façon de se préparer pour repousser une fausse apocalypse de morts-vivants. À l’époque, le gouvernement britanno-colombien avait dit « …espérer que l’exercice permettrait de mieux connaître les outils des médias sociaux qui pourraient aider le public dans le cas de véritables urgences… »

La vraie originalité de la démarche communale : la participation habitante pour réaliser des clips vidéo décalés sur les bons réflexes…

Pour interpeller un public de jeunes et améliorer la diffusion et la mémoire des bons comportements à adopter en cas d’alerte (ou d’attaque de zombies !) par la population, la ville a réalisé plusieurs courts-métrages sur les bons réflexes sur tout type de risque (les découvrir dans le lien à la fin de cette new’s).

Visionnés au cours de la réunion publique, les 4 courts-métrages sont la marque la plus originale de la version 2013 du DICRIM de Salaise sur Sanne. Ils ont été réalisés par les « jeunes » de la commune au cours d’un stage organisé par la Mairie pendant les vacances de la Toussaint 2012. De manière détournée une fois de plus, il est à noter que ce stage a été présenté comme un stage sur les films catastrophes et non comme un stage « risques » et qu’il a fait l’objet, comme l’ensemble du projet, d’un travail conjoint entre plusieurs services de la mairie : jeunesse, information-communication et sécurité civile.

Ces courts métrages humoristiques expliquent les bons réflexes à avoir en cas de catastrophes. Ils s’attaquent, comme le signalait récemment le site internet d’AMARIS, à des comportements bien ancrés chez les habitants et, pourtant, déconseillés : le fait d’aller à l’école chercher ses enfants ou de décrocher son téléphone pour en savoir plus sur l'accident en cours. Ces courts-métrages s’attaquent également à un autre défi, à savoir la représentation du risque. Le parti pris est encore une fois ici le burlesque : le risque se transforme en araignée géante, en tyrannosaure ou en zombies.

 

En savoir plus :

> Accéder au site internet de Salaise-sur-Sanne (rubrique risques majeurs)
http://www.mairie-salaise-sur-sanne.fr/fr/information/91301/risques-majeurs

> Découvrir les courts-métrages burlesques sur les bons réflexes
http://www.youtube.com/channel/UCownEWgGOj8mE3FJ-q3Wz_Q?feature=watch



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |