Accueil >> Actualité >> Articles

Réduction des risques de catastrophe naturelle : 5 jours pour décider de l’avenir de la planète

| le 23-03-2015 | par Nelly Mioni - Documentaliste, IRMa | 2873 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Réduction des risques de catastrophe naturelle : 5 jours pour décider de l’avenir de la planète
Crédit photo : Marc Givry - Architecte - Séisme de l'Aquila, Italie (2009)

5 jours pour décider de l’avenir de la planète : un défi pour les 187 Etats membres de l’ONU, réunis du 14 au 18 mars 2015 à Sendai (ville japonaise durement marquée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011) pour la troisième conférence mondiale de l’ONU sur la réduction des risques de catastrophes.

L’enjeu de cette conférence était de trouver un nouveau cadre d’actions pour l’après 2015, sur la base du précédent (Hyogo 2005-2015 : « Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes » qui avait été adopté au lendemain du tsunami particulièrement destructeur de l’océan Indien).

 Si l’on en croit les médias, ce « premier accord majeur du programme de développement pour l'après-2015 » provoque des réactions mitigées : la satisfaction des uns et la déception des autres.

 
Des objectifs mesurables et des priorités d'action clairement énoncées

« L'adoption de ce nouveau cadre pour la réduction des risques de catastrophe ouvre un nouveau chapitre important dans le développement durable car il énonce clairement des objectifs et des priorités d'action qui conduiront à une réduction substantielle des risques de catastrophes et des pertes en vies humaines et en moyens de subsistance », a déclaré la chef du Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes, Margareta Wahlström.

 La « mise en œuvre réussie de ce nouveau cadre se traduira par une réduction des niveaux actuels de risques de catastrophes et permettra d'éviter l'apparition de nouveaux risques » a déclaré la Présidente de la Conférence, Eriko Yamatani.

 Le cadre décrit 7 objectifs mondiaux à atteindre au cours des 15 prochaines années :

  1. une réduction substantielle de la mortalité mondiale liée aux catastrophes,
  2. une réduction substantielle du nombre de personnes touchées,
  3. une réduction des pertes économiques par rapport au PIB mondial,
  4. une réduction substantielle des dégâts causés aux infrastructures et de l'interruption des services de base, notamment les établissements de santé et d'éducation, en cas de catastrophe ;
  5. une augmentation du nombre de pays dotés de stratégies nationales et locales pour réduire les risques de catastrophe à l'horizon 2020 ;
  6. le renforcement de la coopération internationale ;
  7. et un accès accru aux systèmes d'alerte précoce multirisques et aux informations et évaluations sur les risques de catastrophes.

 4 actions prioritaires doivent permettre d’atteindre ces objectifs :

    • La compréhension des risques de catastrophes,
    • Le renforcement de la gouvernance des risques de catastrophes,
    • L'investissement dans la réduction des risques de catastrophes aux fins de résilience,
    • Le renforcement de l'état de préparation aux catastrophes.

 

L’ONG « ACF International » reconnaît que ce cadre a le mérite de mettre les populations les plus à risque au cœur de l’analyse et des prises de décision, ainsi que l’inclusion des personnes vulnérables telles que les femmes et les personnes handicapées pour relever les défis liés à la réduction des risques.

 

Un « accord –a minima- très décevant sur la réduction des catastrophes naturelles »

 Les ONG présentes à Sendai déplorent un cadre nettement moins ambitieux que ce que la société civile pouvait espérer. ACF International souligne des points de déception :

- « aucun commentaire n’a été fait sur l’engagement des Etats à diminuer leurs émissions de gaz à effets de serre »,
- « aucun financement additionnel n’est prévu pour la réduction des risques de catastrophes et seul un soutien « adéquat et durable » des pays développés envers les pays en voie de développement est inscrit ».
- « l’accord souligne l’importance des phases de préparation et de reconstruction, mais sans faire le lien avec les interventions d’urgence, ce qui est alarmant dans un environnement qui sera soumis à des évènements climatiques de plus en plus fréquents et violents ».

Hubert Delzangles, Professeur de droit public et membre associé du CRIDEAU (Centre de Recherches Interdisciplinaire en Droit de l’Environnement, de l’Aménagement et de l’Urbanisme de l’université de Limoges) pointe des lacunes :
- la question du nucléaire a été très peu évoquée alors que « les conséquences d'un accident nucléaire sont incomparables avec d'autres catastrophes, notamment du fait de la quasi-impossibilité de résilience » ;
- la question des déplacés environnementaux n'a pas été traitée à sa juste mesure, aucun statut juridique n’a été évoqué alors que ces personnes ne bénéficient d'aucun statut ni d'aucune protection juridique universels.

 

Des progrès accomplis

Toutefois, le document final de Sendai souligne les progrès accomplis au cours de la précédente décennie par de nombreux pays qui ont renforcé leurs capacités en termes de gestion des risques et de partenariats aux niveaux mondial et régional.

De plus, il est précisé qu’il est urgent et crucial de prévoir, de planifier et d’agir sur la base de scénarios de risques couvrant au moins les 50 prochaines années pour protéger plus efficacement les êtres humains et leurs biens, en même temps que les écosystèmes.

Autre progrès « significatif » de cette conférence, le cadre comprend un certain nombre de références importantes à la culture et au patrimoine sur lesquelles pourra s’appuyer l’UNESCO pour intégrer la culture et le patrimoine au sein du programme de prévention des catastrophes naturelles et de travailler dans ce domaine avec les partenaires concernés aux niveaux régional et national.

 Le prochain grand rendez-vous de la communauté internationale sera la 21ème Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, plus connue sous le nom de « COP21 », du 30 novembre au 15 décembre à Paris. A suivre donc...

 

 

 

En savoir plus :

> Site de la Conférence Paris Climat 2015 COP21
http://www.cop21.gouv.fr/fr



Commentaires »


L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2019 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |