Accueil >> Actualité >> Articles

Les Réserves Communales de Sécurité Civile : un concept récent en France

Le 31-05-2013 | Par Jean-Daniel SCHELL - Consultant en Gestion de Risques et Communication Institutionnelle | 3270 vues | Recommander cet article | Ajouter aux favoris |
Les Réserves Communales de Sécurité Civile : un concept récent en France

Les Réserves Communales de Sécurité Civile sont une solution française relativement récente. Ce concept de réserve citoyenne existe également dans d’autres pays et particulièrement aux Etats-Unis sous le vocable de CERT (Community Emergency Response Team) qui peut se traduire par « Equipe communautaire d’intervention d’urgence » exclusivement composée de citoyens bénévoles. (informations complétant l'article écrit dans le risques infos 31 de juin 2013 "risques majeurs : Quelles participations civiles et citoyennes")

A l’origine, les pompiers de Los Angeles, tirant parti de diverses expériences consécutives à des tremblements de terre, ont décidé en 1985 de mettre en place une formation pour les habitants proposant spontanément leurs services lors de tels accidents afin que ces bénévoles apprennent les règles de base lors d’interventions et ne gênent pas l’action des sauveteurs.

En 1993, la FEMA (Federal Emergency Management Agency – Agence fédérale de gestion de l’urgence) décide de subventionner la mise en place de programmes de formation de CERT pour l’ensemble des Etats-Unis. Ce programme de formation est actuellement disponible dans les 50 États, le District de Columbia, Porto Rico et les Îles Mariannes du Nord.

L’objectif du programme CERT est d’éduquer les bénévoles à la préparation aux catastrophes, aux risques qui peuvent influer sur leur territoire et à les former en compétences de base en cas de catastrophe tels que la sécurité incendie, la recherche et le sauvetage, l’organisation d’une équipe CERT et les premiers secours.

A l’issue de la formation théorique et pratique (délivrée gratuitement), les membres du CERT peuvent aider leurs concitoyens dans leur quartier ou sur leur lieu de travail, à la suite d'un événement, lorsque les intervenants professionnels ne sont pas immédiatement disponibles. Les membres des CERT sont également encouragés à soutenir les organismes intervention d'urgence en prenant un rôle plus actif dans les projets de préparation aux urgences dans leur communauté.

Lors de leur activation, les membres des CERT sont employés comme fonctionnaires temporaires de l’administration à titre bénévole. Dans certains Etats, les membres des CERT sont admissibles à l'indemnisation des travailleurs pour des blessures subies lors des interventions.

La particularité du système américain est qu’un CERT peut être constitué aussi bien au niveau d’un Etat que d’un comté, une ville, une municipalité ou un campus universitaire voire un collège. Cette souplesse entraîne cependant un certain manque de rigueur puisque les différents CERT sont rarement coordonnés entre eux.

A l’échelle des Etats-Unis on compte environ 2.300 programmes de formation par an. Près de 3.300 CERT sont actuellement recensés. On estime le nombre de bénévoles actifs, revêtus de leur chasuble verte et de leur casque de chantier vert siglé CERT, entre 280.000 et 320.000 membres. Les trois Etats les plus en pointe sont la Californie avec 338 CERT, le New Jersey avec 177 CERT et le Connecticut avec 120 CERT.

Le programme de base des CERT se compose de neuf modules totalisant 17,5 h de cours et 2,5h de validation selon le schéma suivant :

  • Module 1: préparation aux catastrophes (2,5 heures). Les sujets traités comprennent l'identification des menaces de catastrophes locales, l'impact des catastrophes, les concepts d'atténuation et de préparation, le fonctionnement des CERT.
  • Module 2: La sécurité incendie (2,5 heures). Les élèves apprennent la chimie du feu, les pratiques d'atténuation, l’identification des matières dangereuses utilisées. Des travaux pratiques comprennent l'utilisation d'un extincteur et le port d’un équipement de protection de base.
  • Module 3: Secourisme partie 1 (2,5 heures). Les élèves apprennent à identifier et à traiter certaines affections potentiellement mortelles dans un contexte de catastrophe, ainsi que le triage des victimes et la pratique des techniques de contrôle des saignements.
  • Module 4: Secourisme partie 2 (2,5 heures). Les sujets traités couvrent les cas avec de nombreuses victimes, l'évaluation du patient et diverses techniques de conditionnement des blessés.
  • Module 5: Recherche et opérations de sauvetage (2,5 heures). Les élèves ont à apprendre l'évaluation des dommages structurels, les techniques de recherche et de sauvetage ainsi que les techniques de soutènement. Les travaux pratiques incluent le soutènement, le relevage et le brancardage.
  • Module 6: CERT Organisation (1,5 h). Les élèves sont initiés aux concepts de commandement des interventions et d’organisation de l'équipe locale ainsi que des techniques de communication. Ce module comprend un exercice sur table se concentrant sur le commandement des interventions.
  • Module 7: psychologie des désastres (1 h). L’identification et le traitement des victimes de traumatismes sont les thèmes de ce Module.
  • Module 8: le terrorisme et le CERT (2,5 heures). Les élèves apprennent comment les terroristes peuvent choisir des cibles, quelles sont les armes qu'ils peuvent utiliser et l'identification des risques lorsque des armes NRBC (Nucléaires Radiologiques Biologiques Chimiques) ou explosifs ont été déployés. Les élèves apprennent également les rôles dévolus aux CERT dans la préparation et la réponse aux attaques terroristes.
  • Module 9: Examen du cours et exercice de simulation en cas de catastrophe (2,5 heures). Les élèves passent un examen écrit, puis participent à une simulation pratique de cas de catastrophe en temps réel où les différents domaines de compétences sont mis à l'épreuve. Une critique suit l'exercice où les élèves et les enseignants ont la possibilité d'apprendre de leurs erreurs et de mettre en lumière des actions exemplaires. Les étudiants peuvent recevoir un certificat de réussite à la fin de la formation.

En cas d’engagement des CERT sur le terrain, la FEMA (Federal Emergency Management Agency) recommande que la norme d’intervention du CERT soit au minimum une équipe de dix personnes composée comme suit:

  • Chef d'équipe CERT. En règle générale, le membre du CERT arrivé le premier sur la scène de catastrophe devient chef d'équipe et est le commandant de l'événement désigné jusqu'à l'arrivée de quelqu'un de plus compétent. Cette personne fait l'évaluation initiale et détermine le plan d'action approprié pour les membres de l'équipe; assume le rôle d'agent de sécurité, assigne les rôles des membres de l'équipe, désigne la zone de triage, la zone de traitement, la morgue et les voies de circulation de véhicules; coordonne et dirige les opérations de l'équipe; détermine les besoins logistiques (eau, nourriture, fournitures médicales, transport, équipement, etc.) et détermine les moyens de répondre à ces besoins à travers les membres de l'équipe ou des citoyens présents sur la scène; recueille et rédige des rapports sur le fonctionnement et les victimes, communique et coordonne avec le commandant professionnel de l'incident, les autorités locales et d'autres chefs d'équipes CERT. Le chef d'équipe est identifié par deux morceaux de ruban croisé sur le casque.
  • Agent de sécurité vérifie l’équipement des membres de l'équipe avant leur déploiement afin de s'assurer qu'ils ont leurs équipements de protection individuelle et qu’ils sont correctement équipés; détermine la sûreté ou le danger de l’environnement de travail; assure la responsabilisation de l’équipe; alerte les membres de l'équipe lorsque surviennent des conditions dangereuses.
  • Équipe de lutte contre les incendies (2 personnes) travaille sous la supervision du chef d'équipe pour éteindre les incendies dans des petites zones de travail ou au besoin (en l’absence d’incendie) aide l'équipe de recherche et de sauvetage ou l'équipe de triage ou d'autres tâches assignées par le chef d'équipe.
  • Équipe de recherche et sauvetage (2) Travaille sous la supervision du chef d'équipe pour la recherche et le secours aux victimes. Quand ce n'est pas l'accomplissement de leur mission première, aide l'équipe de lutte contre les incendies ou assure le triage ou toute autre tâche assignée par le chef d'équipe.
  • Équipe de triage médical (2) Travaille sous la supervision du chef d'équipe, en fournissant un début de triage des victimes retrouvées sur les lieux, le marquage des victimes par catégorie de blessure. Quand ce n'est pas l'accomplissement de leur mission première, aide l'équipe de lutte contre les incendies ou la recherche et le sauvetage ou toute autre tâche assignée par le chef d'équipe.
  • Équipe médicale (2). Travaille sous la supervision du chef d'équipe, fournit un traitement médical aux victimes dans le cadre de leur formation. Cette tâche est normalement accomplie dans la zone de traitement, cependant il peut avoir lieu dans la zone touchée. Quand ce n'est pas l'accomplissement de leur mission première, aide au triage médical ou la lutte contre les incendies ou la recherche et le sauvetage ou toute autre tâche assignée par le chef d'équipe.

Parce que chaque membre du CERT reçoit la même instruction de base, tout membre de l'équipe possède la formation nécessaire pour assumer chacun de ces rôles. Ceci est important lors d'une intervention en cas de catastrophe parce que l’ensemble des membres d'une équipe régulière ne peut être disponible pour répondre.

Lorsqu'ils ne sont pas engagés en réponse aux catastrophes, les CERT peuvent

· donner les premiers soins, assurer le contrôle des foules ou d'autres services lors d'événements communautaires;

·   tenir des réunions de planification, de formation ou de recrutement;

·   mener ou participer à des exercices d'intervention

·   récolter des fonds pour l'équipement d'intervention d'urgence dans leur communauté

 

Comme on peut le constater à la lecture de cette brève présentation, une très grande liberté d’action est octroyée aux CERT y compris pour des missions de secours d’urgence et de lutte contre les incendies, choses impensables en France. Le maître mot aux Etats-Unis étant de faire primer la rapidité et l’efficacité même si cela doit empiéter sur les prérogatives des intervenants professionnels. L'idée de base, développée depuis une vingtaine d’années maintenant, est d'utiliser les équipes des CERT pour effectuer un grand nombre de tâches nécessaires en cas d'urgence car cela libère les intervenants professionnels hautement qualifiés pour des tâches plus techniques.

 

copyright illustration :

http://www.fostercity.org/Services/safety/fire/CERT.cfm

 

 



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 43 :
risques infos

 

JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

900 ans face aux avalanches, l'incroyable histoire de Celliers...
Celliers
Le saint Eynard, solide comme un roc ? hum...
Saint-Eynard
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-AlpesDREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2022 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |