Calme apparent risque présent
Accueil >> Documentation >> Glossaire

Accès direct :
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ


recherche par mot clé :


Il y a 51 définitions :

- SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux)
- Sapeur-pompier
- Sauvegarde
- Scénario d’accident
- SCHAPI
- SDAGE (Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux)
- Secousse tellurique / Séisme / Tremblement de terre
- Sécurité civile
- Sécurité civile (2)
- Sécurité industrielle
- Sécurité nucléaire
- Sédiments
- Séisme / Tremblement de terre / Secousse tellurique
- Séisme de référence
- Sensibilisation
- Sensibilisation du public
- Série Domaniale RTM
- Servitude d’utilité publique (SUP)
- Seveso (Directive)
- Seveso (Etablissement)
- Sievert (Sv)
- SIG (Système d'Information Géographique)
- Signal d'alerte
- Sismicité
- Sismicité historique
- Sismicité instrumentale
- Sismogramme
- Sismographe
- Sismomètre
- SLGRI
- SMS en flash
- Sondage par battage
- Source Sismique
- Sous-pression
- SPPPI
- Station hydrométrique
- Stockage
- Stockage (de déchets radioactifs)
- Subsidence
- Substratum / bedrock
- Suffosion
- Suffosion
- Suivi
- Sûreté industrielle
- Sûreté nucléaire
- Surface de cisaillement
- Surface de rupture
- Surrection
- Surveillance
- Surveillance
- Surverse


SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) :

Le SAGE est un outil local élaboré à l’échelle d’une unité hydrographique cohérente pour fixer des orientations fondamentales et des objectifs d’utilisation, de mise en valeur, de protection quantitative et qualitative de la ressource en eau. Il est le document d’orientation de la politique de l’eau au niveau local. Toute décision administrative dans le domaine de l’eau doit lui être compatible, ainsi que le Scot (et le PLU en cas d’absence de Scot).
Le SAGE est composé de deux documents distincts : le Plan d’aménagement et de gestion durable (PAGD)qui définit des priorités et des conditions de réalisation des objectifs sous forme de dispositifs, et le Règlement qui contient des règles précises permettant la réalisation des objectifs définis dans le PAGD (par exemple, répartition volumes disponibles entre usages).
[source : Préfecture de la Loire (avril 2014) - L'eau dans les documents d'uranisme : glossaire, 8 p.]

haut de page



Sapeur-pompier :

Agent public ayant des missions légales dans le domaine de la sécurité civile. A Paris et à Marseille, il a un statut militaire. Sur le reste du territoire national, il est, soit un fonctionnaire territorial, il est alors dit professionnel, soit un agent contractuel à temps partiel, et il est alors dit volontaire. Cette appellation de sapeur-pompier est aujourd'hui attribuée à des salariés d'entreprises privées exerçant des missions dans les domaines de la sécurité incendie et des secours.
[source : Glossaire 2011 du droit du danger - Préventique Sécurité, n°114, Nov.-déc. 2010]

haut de page



Sauvegarde :

De manière générale, les actions de sauvegarde sont principalement des actes d'assistance des personnes réalisés par des acteurs qui ne sont pas formés à intervenir en situation dangereuse. C'est-à-dire que les opérations ont lieu dans un environnement ne menaçant pas directement les protagonistes.
[source : Mémento Plan Communal de Sauvegarde (Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles, Ministère de l'Intérieur, nov. 2005)]

haut de page



Scénario d’accident :

Combinaison logique et chronologique de dérives de paramètres de fonctionnement ou de défaillances d’éléments (équipements, procédures ou actions humaines) aboutissant à l’événement redouté et à la matérialisation du danger.

Des scénarios spécifiques dits « de référence » peuvent être élaborés pour des secteurs d’activités particuliers.
[source : INERIS - Glossaire grand public (2004)]

haut de page



SCHAPI :

Service Central d'Hydrométéorologie et d'Appui à la Prévision des Inondations (MEEDDAT/DGPR)
[source : Site Internet de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). - (2010)]

haut de page



SDAGE (Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux) :

Créés à partir de la loi sur l'eau du 3 janvier 1992, les SDAGE sont des documents d'orientation de la politique de l'eau élaborés pour chacun des 6 grands bassins hydrographiques français. Ils déterminent les orientations fondamentales d'une gestion équilibrée de la ressource en eau et les aménagements à réaliser pour les atteindre.
A une échelle plus locale, les SAGE sont des documents de planification fixant, pour un périmètre hydrographique cohérent, des objectifs généraux d'utilisation, de mis en valeur, de protection quantitative et qualitative de la ressource en eau. Le SAGE est établi par une Commission Locale de l'Eau et est approuvé par le préfet.
Ces schémas constituent des documents de planification ayant une portée juridique envers les décisions publiques prises par l'Etat et les Collectivité locales dans le domaine de l'eau.
[source : Métailié J.-P., Bertrand G., Les mots de l'environnement, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2006, 128 p.]

haut de page



Secousse tellurique / Séisme / Tremblement de terre :

Ce sont des vibrations de l’écorce terrestre provoquées par des ondes sismiques qui rayonnent à partir d’une source d’énergie élastique créée par la rupture brutale des roches de la lithosphère (partie la plus externe de la terre).
[source : Site Internet du Plan Séisme, programme national de prévention du risque sismique, 2012]

haut de page



Sécurité civile :

La sécurité civile a pour objet la prévention des risques de toute nature, l'information et l'alerte des populations ainsi que la protection des personnes, des biens et de l'environnement contre les accidents, les sinistres et les catastrophes par la préparation et la mise en oeuvre de mesures et de moyens appropriés relevant de l'Etat, des collectivités territoriales et des autres personnes publiques ou privées.
[source : Loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile (article 1)]

haut de page



Sécurité civile (2) :

Ensemble des mesures et moyens mis en oeuvre par un Etat pour protéger la population. Elle comprend la prévention contre les risques, l'information, l'alerte et l'organisation de secours et, finalement la protection des personnes, des biens et de l'environnement.
En France, la sécurité civile est garantie par la DGSCGC (Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises).
Au niveau local, elle s'appuie principalement sur les sapeurs-pompiers et sur l'action d'associations de bénévoles (ex. Centre français de secourisme, Croix-Rouge, Ordre de Malte...).
[source : LALANNE Bernard, MAIRE Richard, MEYER Anne-Marie [et al.],(2013) - Les risques et les catastrophes d'origine humaine - Ed. confluences, 111 p.]

haut de page



Sécurité industrielle :

Ensemble des dispositions techniques, des moyens humains et des mesures d'organisation internes aux installations et aux activités industrielles, destinés à prévenir les accidents ou à atténuer leurs conséquences ; par extension, état résultant de ces dispositions.
Voir aussi : sécurité nucléaire, sûreté industrielle.
Équivalent étranger : industrial safety.
[source : Journal Officiel du 8 septembre 2013]

haut de page



Sécurité nucléaire :

Ensemble des dispositions prises pour assurer la protection des personnes et des biens contre les dangers, nuisances ou gênes de toute nature résultant de la réalisation, du fonctionnement, de l'arrêt, des démantèlements d'installations nucléaires fixes ou mobiles, ainsi que de la conservation, du transport, de l'utilisation et de la transformation des substances radioactives naturelles ou artificielles. La sécurité nucléaire implique la sûreté nucléaire.
La langue anglaise ne distingue pas les notions de "sûreté nucléaire" et de "sécurité nucléaire".
[source : Journal Officiel du 3 août 2000]

haut de page



Sédiments :

Dépôt meuble laissé par les eaux, le vent et les autres agents d'érosion, et qui, selon son origine, peut être marin, fluviatile, lacustre ou glaciaire.
[source : Futura science]

haut de page



Séisme / Tremblement de terre / Secousse tellurique :

Ce sont des vibrations de l’écorce terrestre provoquées par des ondes sismiques qui rayonnent à partir d’une source d’énergie élastique créée par la rupture brutale des roches de la lithosphère (partie la plus externe de la terre).
[source : Site Internet du Plan Séisme, programme national de prévention du risque sismique, 2012]

haut de page



Séisme de référence :

Séisme dont les caractéristiques (magnitude, intensité, profondeur focale, mécanisme) seront celles utilisées pour la prise en compte de l’aléa dans le calcul du risque sismique d’une zone donnée (site ou région).
[source : AFPS Association Française du Génie Parasismique [en ligne]. Disponible sur http://www.afps-seisme.org (consulté le 20.03.2015)]

haut de page



Sensibilisation :

La sensibilisation, décorrélée des événements puisque dispensée bien avant leur survenue, [consiste] en formations sur les comportements à tenir en cas de crise, sur l'organisation des secours, le secourisme…
[source : DGSCGC/SDPGC/BASEP (à paraître en 2013), « Dispositions générales ORSEC - Alerte et information des populations », p4]

haut de page



Sensibilisation du public :

Il s’agit de l’étendue des connaissances communes sur les risques de catastrophe, sur les facteurs qui conduisent à des catastrophes et sur des actions qui peuvent être prises individuellement et collectivement pour réduire l’exposition et la vulnérabilité aux aléas.
[source : Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies (UNISDR), Terminologie pour la prévention des risques de catastrophe, 2009, 34 p.]

haut de page



Série Domaniale RTM :

terrains domaniaux acquis par l’Etat, sur le territoire d’une commune, dans le cadre
de sa politique RTM dont :
- Terrains périmétrés : terrains dont la déclaration d’utilité publique a fait l’objet d’une loi (puis après 1933
d’un décret en Conseil d’Etat)
- Terrains non périmétrés : terrains domaniaux RTM acquis par l’Etat dans le cadre de sa politique RTM
mais n’ayant pas l’objet d’une déclaration d’utilité publique (acquisition à l’amiable uniquement)
[source : Office National des Forêts - Service RTM 38 (2010) - Le torrent du Manival, 150 ans de lutte contre les risques naturels, 38 p.]

haut de page



Servitude d’utilité publique (SUP) :

La loi du 22 juillet 1987 permet la possibilité d’instituer des servitudes d’utilité publique dans les zones à risques afin de diminuer autant que possible les populations exposées. Le préfet et les maires recherchent un compromis entre la nécessité de préserver le développement communal et la prise en compte du risque. Le plus souvent, les mesures prises conduisent à éviter l’augmentation de la population autour des sites à risques, par exemple en refusant l’implantation d’un établissement recevant du public (supermarché... ).
[source : Site Vie publique : http://www.vie-publique.fr (2004)]

haut de page



Seveso (Directive) :

Directive Seveso II : nom donné à la directive n° 96/82 du Conseil de l'Union européenne du 9 décembre 1996 concernant la maîtrise des dangers liés aux accidents majeurs impliquant des substances dangereuses (en référence au lieu d'un accident survenu en 1976 sur une usine chimique).
Installation Seveso : installation soumise à la directive Seveso II.
[source : Site Internet de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). - (2010)]

haut de page



Seveso (Etablissement) :

Parmi les ICPE soumises à autorisation, les établissements où la quantité de produits dangereux dépasse les seuils fixés dans la directive européenne Seveso, sont soumis à une réglementation encore plus stricte et répondent à des exigences particulières, à savoir l'obligation de réaliser des études de dangers sur les produits en question, l'obligation de réaliser des plans de secours et d'informer les populations. Une maîtrise de l'urbanisation doit être réalisée autour de ces sites. Ces installations qui relèvent la plupart du temps des secteurs de la chimie et de la pétrochimie, sont appelées communément "établissement SEVESO".
[source : Institut des Risques Majeurs (2001). - Memento du maire et des élus locaux- Altitude Impression. ]

haut de page



Sievert (Sv) :

Unité utilisée pour mesurer les doses de rayonnement reçues par le corps humain.
[source : Bonin B., Le nucléaire expliqué par des physiciens, Les Ulis (Essonne) : EDP sciences, 2012, 269 p.]

haut de page



SIG (Système d'Information Géographique) :

http://sig.cg18.fr
[source : Un Système d'Information Géographique "S.I.G.'" est un ensemble organisé de matériel informatique, de logiciel, de données géographiques et de personnel, conçu pour efficacement saisir, stocker, extraire, mettre à jour, interroger, analyser et afficher tout forme d'information géographiquement référencée. Le S.I.G. est donc l'association d'une ou plusieurs bases de données et de fonds cartographiques, il permet ainsi la superposition de couches (fond IGN, rivières, occupation du sol, etc.)]

haut de page



Signal d'alerte :

"Le citoyen a un droit à l’information sur les risques qu’il encourt en certains points du territoire et sur les mesures de sauvegarde pour s’en protéger" (Loi du 22 juillet 1987, Article 21).
Une alerte est la diffusion d’un signal sonore et de messages qui annoncent qu’un danger est imminent. Elle permet à chacun de prendre des mesures de protection adaptées.
Le décret du 15 mai 1990 précise : "le signal national d’alerte a pour objet d’avertir la population de la nécessité de s’abriter immédiatement en un lieu protégé et de se porter à l'écoute de l’un des programmes nationaux émis par Radio France, pour la métropole, ou Radio France Outre-mer".
Le signal d’alerte est un signal spécifique émis par une sirène. Il ne renseigne pas sur la nature du danger, car le même signal est émis dans toutes les situations d’urgence. Une exception toutefois : en métropole, la rupture de barrage qui est annoncée par une corne de brume. La fin de l’alerte est également annoncée par une sirène émettant un signal continu de 30 secondes.
[source : Site Vie publique : http://www.vie-publique.fr (2004)]

haut de page



Sismicité :

Distribution géographique des séismes en fonction du temps.
[source : LAMBERT Jérôme (sous la dir.) (1997) - Les tremblements de terre en France, hier, aujourd'hui, demain... - Ed. BRGM, 196 p.]

haut de page



Sismicité historique :

Etude des séismes par l'analyse de sources documentaires relatant les effets qu'ils engendrent sur la population, les constructions et l'environnement. Elle peut couvrir une période de mille ans dans certaines régions.
[source : Site Internet de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), 2012]

haut de page



Sismicité instrumentale :

Etude des caractéristiques des séismes à partir des données enregistrées par les capteurs des réseaux de surveillance ou de recherche.
[source : Site Internet de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), 2012]

haut de page



Sismogramme :

Un sismogramme (ou séismogramme) est une représentation graphique de l'enregistrement d'une onde sismique, c’est-à-dire d'un séisme, généralement réalisé au moyen d'un sismographe.
[source : Wikipédia]

haut de page



Sismographe :

instrument qui détecte les ondes sismiques provoquées sur terre par les séismes ou les explosions. Un sismomètre est un appareil qui ne fait que détecter les ondes alors qu'un sismographe les détecte et les enregistre. L'utilisation de ces termes est cependant variable et on les emploie parfois indifféremment.
[source : Encarta MSN]

haut de page



Sismomètre :

Appareil permettant d'enregistrer les vibrations du sol. Cet enregistrement est appelé un sismogramme.
[source : LAMBERT Jérôme (sous la dir.) (1997) - Les tremblements de terre en France, hier, aujourd'hui, demain... - Ed. BRGM, 196 p.]

haut de page



SLGRI :

Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondations. Stratégie mise en place par les collectivités pour réduire les conséquences des inondations sur le périmètre du Territoire à Risque Important d'inondation (TRI).
[source : La gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI) : Guide pratique pour organiser la nouvelle gouvernance. Agence de l’eau Adour-Garonne - DREAL de bassin Adour-Garonne (2016), 44 p.]

haut de page



SMS en flash :

Un SMS flash est un message qui apparaît directement sur l'écran du portable sans que l'autre personne utilise une action comme acceptation, validation, ou autre option.
[source : http://www.infos-du-net.com]

haut de page



Sondage par battage :

Méthode d'investigation du manteau neigeux consistant à associer une résistance mécanique (à la pénétration) au nombre de coups nécessaires pour enfoncer un tube métallique dans le manteau d'une distance donnée. On le représente sous forme d'un histogramme des résistances en fonction de la hauteur.
[source : ANENA (1998) - Guide Neige et Avalanches. Connaissances, pratiques, sécurité. - Edisud, 335 p.]

haut de page



Source Sismique :

Extension de la zone de faille dont la rupture et le glissement sont à l'origine du tremblement de terre.
[source : LAMBERT Jérôme (sous la dir.) (1997) - Les tremblements de terre en France, hier, aujourd'hui, demain... - Ed. BRGM, 196 p.]

haut de page



Sous-pression :

pression exercée par l'eau à l'intérieur d'une structure poreuse ou fissurée. Elle peut s'appliquer dans une partie en béton, en remblai ou en maçonnerie ou encore dans le sol de fondation.
[source : Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, Direction Générale de l'Énergie et du Climat]

haut de page



SPPPI :

Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions et des risques Industriels (structures locales multipartites de concertation sur les pollutions et les risques industriels).
[source : Site Internet de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). - (2010)]

haut de page



Station hydrométrique :

une station hydrométrique se définit comme une section d'un cours d'eau instrumentée où l'on mesure la hauteur et détermine le débit, à partir d'un ensemble d'équipements notamment une échelle limnimétrique (permettant une observation des hauteurs), un ensemble de capteurs de mesure et éventuellement du matériel de télétransmission des données.
[source : Eaufrance - www.hydro.eaufrance.fr]

haut de page



Stockage :

Présence d'une certaine quantité de substances dangereuses à des fins d'entreposage, de mise en dépôt sous bonne garde ou d'emmagasinage.
[source : Directive "Seveso 2" ]

haut de page



Stockage (de déchets radioactifs) :

Le stockage est l’opération consistant à placer des déchets radioactifs dans une installation spécialement aménagée pour les conserver de façon potentiellement définitive.
[source : Andra, Inventaire national des matières et déchets radioactifs : Les essentiels 2015, 2015, 15 p.]

haut de page



Subsidence :

Déplacement du sol vers le bas. Le jeu des failles inclinées (failles de chevauchement, subduction, failles normales) causent la subsidence de larges zones d'un côté de la faille (l'autre côté étant en surrection). Une subsidence due à un séisme de magnitude 7 peut dépasser le mètre sur des centaines de kilomètres carrés.
[source : LAMBERT Jérôme (sous la dir.) (1997) - Les tremblements de terre en France, hier, aujourd'hui, demain... - Ed. BRGM, 196 p.]

haut de page



Substratum / bedrock :

Soubassement rocheux, "en place", d'une accumulation alluviale (alluvions fluviatiles ou glaciaires, éboulis etc., en général quaternaires).
[source : www.geol-alp.com]

haut de page



Suffosion :

Entaînement hydraulique de matériaux fins pouvant générer des cavités ou conduits souterrains.
[source : Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, Ministère de l'Equipement, des Transport et du Logement (1999) - Plan de Prévention des Risques naturels (PPR) - risque de mouvements de terrain. Guide méthodologique, La Documentation Française, 71 p.]

haut de page



Suffosion :

Formation d'une dépression ou d'un effondrement à la surface du sol, du fait de l'affaissement d'une zone décomprimée résultant de l'entraînement des particules les plus fines par des circulations souterraines (suffosion).

[source : Plans de Prévention des Risques naturels prévisibles. Service de Restauration des Terrains en Montagne de l'Isère.]

haut de page



Suivi :

Dans la pratique on parle de suivi d’un site lorsque au cours de la phase de reconnaissance il s’avère nécessaire de mesurer le comportement de l’aléa, en général son mode et sa vitesse de déplacement. […] On parle aussi de suivi lorsque, après un événement, on continue à suivre un site pendant un certain temps par mesure de sécurité « résiduelle » ou par intérêt scientifique.
[source : Rapport RiskYdrogeo « Risques hydro-géologiques en montagne : parades et surveillance ». INTERREG III A, Projet n°179, 461 p.]

haut de page



Sûreté industrielle :

Ensemble des dispositions techniques, des moyens humains et des mesures d'organisation internes et externes aux installations industrielles, destinés à prévenir les actes de malveillance venant de l'intérieur ou de l'extérieur, et à atténuer les conséquences des accidents ; par extension, état résultant de ces dispositions.
Voir aussi : sécurité industrielle, sûreté nucléaire.
Équivalent étranger : industrial security.
[source : Journal Officiel du 8 septembre 2013]

haut de page



Sûreté nucléaire :

Ensemble de dispositions permettant d'assurer le fonctionnement normal d'une centrale nucléaire, de prévenir les accidents ou les actes de malveillance et d'en limiter les effets tant pour les travailleurs que pour le public et l'environnement.

Ces dispositions doivent être prises aux stades de la conception, de la construction, de la mise en service, de l’utilisation, de la mise à l’arrêt définitif et du démantèlement d’une installation nucléaire ou d’un dispositif de transport de matières radioactives.
[source : Site Internet de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). - (2010)]

haut de page



Surface de cisaillement :

Dans un glissement de terrain, limite entre la partie stable et la partie en mouvement.
[source : Besson L., 2005. Les risques naturels. De la connaissance pratique à la gestion administrative. Techni.Cités, 592 p.]

haut de page



Surface de rupture :

Un versant a atteint la rupture lorsque les mouvements du versant conduisent à l'individualisation d'une surface ou de plusieurs surfaces correspondant à de fortes discontinuités de déplacement ; ces surfaces sont appelées surfaces de rupture.
La rupture est brutale si la formation de la surface de rupture est très rapide et s'accompagne d'une forte accélération des mouvements. dans la grande majorité des cas, une rupture brutale déclenche des déplacements importants et rapides de la masse instable et se traduit par des éboulements de grande ampleur.
La rupture est progressive lorsque la formation de la surface de rupture se fait par étapes successives. Elle est régressive lorsque la surface de rupture régresse vers l'amont du versant latéralement. ces éboulements sont postérieurs à l'éboulement principal.
[NB. La surface de rupture se fait selon un plan préexistant ou selon un plan propre au processus de rupture.]
[source : Expertise relative aux risques d'éboulement du versant des ruines de Séchilienne (décembre 2000) - Rapport du collège d'expert, Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement]

haut de page



Surrection :

Déplacement du sol vers le haut. Le jeu des failles inclinées (failles de chevauchement, subduction, failles normales) causent la surrection de larges zones d'un côté de la faille (l'autre côté étant en subsidence). Une surrection due à un séïsme de magnitude 7 peut dépasser le mètre sur des centaines de kilomètres carrés.
[source : LAMBERT Jérôme (sous la dir.) (1997) - Les tremblements de terre en France, hier, aujourd'hui, demain... - Ed. BRGM, 196 p.]

haut de page



Surveillance :

Dispositif pour connaître et prédire les aléas et déclencher les alertes.
[source : Commission interministérielle de l'évaluation des politiques publique. Commissariat Général du Plan (1997) - La prévention des risques naturels, rapport d'évaluation. La documentation Française, 702 p.]

haut de page



Surveillance :

La surveillance, directement orientée vers la gestion de la sécurité (notion d’alerte/alarme) est une mesure de protection mise en place sur un site actif soit comme mesure de sécurité unique soit en complément d’autres mesures de protection ; elle peut comprendre la prévision de l'évolution temporelle de l'instabilité, avec réactualisation du modèle.
[source : Rapport RiskYdrogeo « Risques hydro-géologiques en montagne : parades et surveillance ». INTERREG III A, Projet n°179, 461 p.]

haut de page



Surverse :

c’est le débordement de l’eau au-dessus de la digue. Dans le cas d’une digue en remblai, cela conduit généralement et rapidement à la brèche par érosion du talus côté aval en partant du pied et en remontant vers la crête. C’est la cause principale de rupture de digues. Le risque dépend de la nature du remblai, de l’existence d’éventuelles protections et des contraintes hydrauliques.
[source : PPRI Isère aval]

haut de page



 

adhesion
inondation de l'Arbresle en 2008
L'inondation de l'Arbresle en 2008 : la pire crue des 200 dernières années :
inondation de l'Arbresle en 2008
Tout savoir sur le glissement de terrain de 1931 au Châtelard (Bauges) :
glissement de terrain du Châtelard - les Maîtres du Mont déserté

 

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes DREAL Rhône-Alpes
© 2000 - 2017 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |