Accueil >> Actualité >> Articles

Mémoire & retour d’expérience | Éruption volcanique

Catastrophes naturelles

Mémoires incandescentes : à l’écoute des récits des héritiers de la catastrophe de la montagne Pelée en 1902

Publié le 17 mai 2023

Propos recueillis par Céline Lestievent

| 1658 vues | Ajouter aux favoris |
Mémoires incandescentes : à l’écoute des récits des héritiers de la catastrophe de la montagne Pelée en 1902
Façade du musée Frank A.Perret | Mémorial de la catastrophe de 1902 avec le kakémono de l'exposition sonore pour les 120 ans de la catastrophe © Fabienne Pélage

Mémoires incandescentes est un ensemble de réalisations sonores autour de récits et d’histoires évoquant la mémoire de la catastrophe de l'éruption de la montagne Pelée en 1902, à la Martinique. Rien n’est vrai. Rien n’est faux. C’est la mémoire. Au gré des mots, au fil du temps, chahutée dans les eaux des souvenirs de celui qui a vu, entendu, ressenti et, à son tour, transmis. Parfois éteinte. Parfois étouffée. Parfois incandescente. Elle continue d’exister si on continue d’en parler. Interview de Fabienne Pélage, artiste en créations sonores et Régine Bonnaire, chargée de la communication au Mémorial de la catastrophe de 1902 | Musée Frank A. Perret.

Pourquoi le Mémorial de la catastrophe de 1902 | Musée Frank A. Perret a-t-il créé une exposition sonore pour les 120 ans de la catastrophe de la montagne Pelée ?

Régine Bonnaire, chargée de la communication, au Memorial 1902 | Musée Frank A. Perret, à la Martinique : Au moment de la rénovation du musée, nous avons fait deux choix scénographiques forts qui, nous le savions, auraient un impact sur notre programmation. Premièrement, ne pas agrandir le bâtiment et deuxièmement investir complètement ses 130 m² avec l’exposition permanente. Ces choix nous poussent à nous dépasser, imaginer de nouveaux modes d’expositions temporaires. Quand en 2021, la question de la commémoration des 120 ans de l’éruption de la montagne Pelée s’est posée, ces contraintes sont venues faire écho à une situation sanitaire préoccupante. En juillet 2021, la Martinique connaissait un pic de mortalité important à cause du COVID-19, et les confinements se succédaient (71 jours de fermetures au total en 2021). Dans ces conditions, créer une exposition temporaire, que nous n’étions pas sûrs de pouvoir montrer au public était risquée. Nous avons donc fait le choix d’une exposition sonore avec l’artiste Fabienne Pélage. Cela nous permettait de garantir l’accès au public tout en respectant nos choix scénographiques. C’est de la contrainte que naissent souvent les projets audacieux.


Affiche de l'exposition sonore créée pour les 120 ans de la catastrophe de 1902 à la Martinique © JB Barret

Fabienne Pélage, vous êtes l’artiste qui avez créé cette exposition sonore divisée en 2 volets, intitulée Le souffle de Saint-Pierre | Mémoires incandescentes, pouvez-vous présenter le projet de cette exposition ?

L'artiste en créations sonores Fabienne Pélage © JB Barret

Fabienne Pelage, artiste en création sonore : C’est un travail de mémoire sonore : recueillir au travers d’interviews audios ce qu’il convient d’appeler la mémoire populaire.

Rappelons d’abord que l’éruption a anéanti 1/7 de la population martiniquaise de l'époque, profondément modifier les structures familiales -quand elle n'a pas éteint des familles-, et enfin engager les martiniquais.es à occuper autrement le territoire, voire à faire souche en dehors.

De nombreux documents parlent de Saint-Pierre avant la catastrophe, de la catastrophe en elle-même, ou de l’après notamment dans ses dimensions volcanologiques, administratives, parfois avec quelques témoignages parus dans les journaux de l’époque.

« Le souffle de Saint-Pierre | Mémoires incandescentes » interroge la transmission qui s’est faite de cet événement dans les familles dont il n’existe plus aujourd’hui de contemporain.

« Le souffle de Saint-Pierre – Mémoires incandescentes » interroge la transmission qui s’est faite de cet événement dans les familles dont il n’existe plus aujourd’hui de contemporain. La transmission est approchée dans toute sa complexité : celle ouverte des récits, des anecdotes, celle insidieuse des émotions, des traits de caractère, mais aussi celle du non-dit et de la cohorte de questions que le silence peut soulever chez celles et ceux qui en héritent.

Les extraits des différentes interviews, chaque fois portés par un habillage sonore sensible, forment deux séries. « Le souffle de Saint-Pierre » est constitué de courtes capsules à une voix, « Mémoires incandescentes » sont des podcasts plus longs, souvent de construction chorale : certains traitent un thème, d'autres laissent la place à des récits étoffés.

Comment se sont construites et que racontent ces capsules sonores dont le but est de transmettre la mémoire de la catastrophe de 1902 ?

Fabienne Pélage avec un témoignant, Mathurin Cadenet, lors de l'inauguration de l'exposition sonore devant le kakémono du musée. Mathurin Cadenet, fils de Marius Cadenet pierrotin ayant réchappé à la catastrophe à l'âge de 16 ans.© JB Barret

F. P. : Les coordonnées des personnes qui ont manifesté leur intérêt lors de la rénovation du musée Frank A. Perret en 2019 ont constitué la première base de ressources. Un appel à témoignages au travers des médias, la recherche de personnes citées dans des documents, le bouche à oreille et des micros-trottoirs ont fait le reste.

Les témoignants sont porteurs d'une anecdote ou d'un récit plus détaillé perçu.e alors qu’ils laissaient trainer leurs oreilles, ou parce que cela a toujours fait partie du récit familial. Parfois un journal intime, un courrier adressé par un rescapé ou un disparu a fait trace dans l’intimité des familles.

Certains héritiers questionnent l'impact de cet événement en le repositionnant dans la trame plus large de l'Histoire, ou dans ce que cela a pu modifier dans leur trajectoire familiale, voire instiller dans les caractères de leur parentèle. L’évènement fut en effet tellement sidérant qu’il a pu conférer à un impensable, marquant silencieusement les individus (survivre en dépit du traumatisme psychologique, des pertes de tous ordres, des conséquences financières etc.). Ils nous partagent leurs interrogations, leurs hypothèses.

D'autres intervenants qui n'ont pas de « filiation » directe avec cette catastrophe apportent également leur regard.

Où s’écoute cette exposition ?

F. P. : C’est une exposition hors-les-murs, que l’on peut même qualifier de hors-les-frontières.

En effet, l'ensemble des audios se trouve sur les plate-formes de podcasts habituelles (Deezer, Spotify, AudibleApple podcasts, etc.) ou sur le site podcastics (https://www.podcastics.com/podcast/le-souffle-de-saint-pierre/).

Ainsi, les plateformes internet en permettent une écoute où que l’on se trouve dans le monde, tout comme cet événement a en son temps eu une résonance internationale.

Toutefois, il était important que ces voix aient un écho dans la ville-même. Cela est rendu possible au travers de la série « Le souffle de Saint-Pierre » dont les courtes capsules sonores sont en outre accessibles en des endroits forts de la ville de Saint-Pierre, en activant un QR-Code apposé pour l’occasion sur des panneaux d’informations, liés aux sites de vestiges notamment. L’écoute in-situ donne bien sûr une dimension toute particulière aux propos des individus.


Panneau d'informations avec QRCode qui renvoie vers l'exposition sonore, situé dans le quartier du centre à Saint-Pierre. © A. Mavinga

Comment ce dispositif sonore servi par l'écoute de la voix des témoignants s'inscrit dans la transmission de la Mémoire de la catastrophe de 1902 ?

Carte postale issue du fonds Loïs Hayot avec Saint-Pierre avant et après la catastrophe © Collection Loïs Hayot Fondation Clément

F. P. : Les différents musées de Saint-Pierre et du Morne Rouge (Musée Frank A.Perret | Mémorial de la catastrophe de 1902, Centre de Découverte des Sciences et de la Terre – tous deux à Saint-Pierre, Maison des volcans au Morne Rouge) livrent un éclairage historique et scientifique indispensable de la catastrophe.

Le musée Frank A.Perret | Mémorial de la catastrophe de 1902 donne à voir des photos de Saint-Pierre avant et après, des objets « perturbés »* retrouvés dans les décombres (bouteilles de verre fondues et soudées entre elles, lentilles amalgamées…) et même une courte vidéo réalisée par l’équipe d’Edisson quelques jours après l’éruption. Des audioguides donnent parallèlement vie au quotidien de Saint-Pierre dans l’alentour du cataclysme et l’ensemble nous plonge dans l’Histoire.

Mais saisir la puissance d’un drame collectif, c’est considérer les histoires singulières. Porter attention, écoute aux échos individuels donne véritablement corps à un événement, tout comme nous y engage le mémorial énumérant les noms des victimes actuellement attestées.

On évoque souvent le vaste nombre de 28 000 morts jusqu'à en oublier parfois celles et ceux qui n'ont pas péri. A la lisière du sinistre, on les appelle tour à tour « les survivant.es », « les réfugié.es », le plus souvent « les sinistré.es ».

On évoque souvent le vaste nombre de 28 000 morts jusqu'à en oublier parfois celles et ceux qui n'ont pas péri. A la lisière du sinistre, absent.es depuis quelques temps ou parti.es in extremis, on les appelle tour à tour « les survivant.es », « les réfugié.es », le plus souvent « les sinistré.es ». Ce qui les lie malgré eux est d’avoir été profondément meurtri.es, pour des raisons diverses et de diverses manières par ce qui reste encore difficile à concevoir : une ville, les navires de sa rade et sa population dévastés en quelques minutes.

La dimension humaine -plus que celle d’une population, c’est-à-dire celle des individus- est un incontournable de la compréhension des faits rapportés dans leur globalité.

Recueillir ces histoires, ce n’est pas une quête de vérité attestant des grands traits historiques, c’est une collecte des vérités propres à chacun.e.

Les transmettre, c’est maintenir leur existence.

En tant qu’artiste en création sonore, comment vous êtes-vous saisie de ce projet sur la diffusion de la mémoire collective de la catastrophe de 1902 ?

F. P. : Ma démarche sonore est animée par un intérêt pour les histoires de vie et la nécessité de garder une trace. C'est un peu une nage à contre-courant du temps qui passe inexorablement et délite nos mémoires.

Ma démarche sonore est animée par un intérêt pour les histoires de vie et la nécessité de garder une trace. C'est un peu une nage à contre-courant du temps qui passe inexorablement et délite nos mémoires.

Les timbres de voix, les intonations, les silences, et la grande richesse de textures, de rythmes des sons, sont une invite à un temps suspendu : celui de l'écoute attentive, stimulant notre imaginaire, engageant à une réflexion sur les autres, sur le monde qui nous entoure et, finalement sur nous-même.

L’éruption de la montagne Pelée de 1902 est un événement d'une telle ampleur qu'il a profondément et durablement transformé la Martinique et la vie de toutes celles et ceux qui en ont été percuté.es.

Ecouter ce que nous raconte ces différents intervenant.es, c’est partager avec elles/eux une histoire personnelle, familiale, comme une confidence.

Et puis c’est une question du territoire en connexion avec ses habitants. Un événement s’inscrit dans un espace-temps qui les a précédés, les a en quelque sorte modelés, et que l’événement va à son tour imprimer de multiples empreintes. Cette vision prismatique nous permet de nous détacher d’une lecture simple pour ne pas dire simpliste, elle en est la richesse d’un monde en mouvement.

« Onde de choc » est une métaphore appropriée je crois, et ses vibrations résonnent toujours. C'est une grande chance de pouvoir encore les capter.

 

En savoir plus :

> * Qualificatif d’André Breton extrait de l’article de Sophie Leclerc « Vers l’art contemporain, les verres d’André Breton »


> Exposition sonore "Mémoires incandescentes| Le souffle de Saint-Pierre"
https://www.podcastics.com/podcast/le-souffle-de-saint-pierre/

> Mémorial de la catastrophe de 1902
https://www.memorial1902.org/exposition/

> Article complémentaire // De la catastrophe de la montagne Pelée en 1902, à la prévention et la mémoire des risques volcaniques en Martinique
http://www.irma-grenoble.com/PDF/risques_infos/N45/45article09.pdf



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 46 :
risques infos

 

JT#5 - Retour sur le séisme du Teil :
journée technique #5
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

Découvrez le Risques-Infos 46 :
risques infos

 

JT#5 - Retour sur le séisme du Teil :
journée technique #5
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

Vidéos


Diaporamas


 
Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère DREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2024 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |