Accueil >> Actualité >> Articles

Initiatives locales & bonnes pratiques | Crue / Inondation

Entrainements et Exercices | Plan Intercommunal de Sauvegarde (PICS)

Un exercice de crise inondation coorganisé par deux structures gemapiennes : le SMA et le SMIAGE Maralpin

Publié le 2 fevrier 2024

Par Christine GRILLOT & Nikolas AUBOURG & Denis DELSOL & Raphaëlle DREYFUS & Guillaume CHARPY

| 2178 vues | Ajouter aux favoris
| Partager
Un exercice de crise inondation coorganisé par deux structures gemapiennes : le SMA et le SMIAGE Maralpin

La communauté de communes du Pays de Fayence (CCPF) est située sur un territoire géré par le Syndicat mixte de l’Argens (SMA) et le Syndicat mixte inondations, aménagement et gestion de l'eau maraplin (SMIAGE). La réalisation d’un exercice de crise inondation intercommunal a été l’occasion pour les deux structures gémapiennes et la CCPF de collaborer efficacement en associant de nombreux acteurs de la gestion de crise.

La loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique et d'affirmation des métropoles dite loi MAPTAM a créé une compétence ciblée et obligatoire de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (GEMAPI) attribuée aux communes et à leurs groupements à partir de janvier 2018. Pour l’exercice de cette compétence, l’entretien, la gestion, l’aménagement des cours d’eau et la prévention des inondations du bassin versant de l’Argens ont été confiés au SMA et au SMIAGE pour les bassins versants Maralpins.

Un exercice de crise inondation sur deux bassins versants

Dans le cadre des missions du SMIAGE et de celles du SMA, notamment du marché contracté par chacun des syndicats avec la société Predict Services, un programme d’exercices de gestion de crise pluriannuel est prévu. En 2023, le SMIAGE planifie un exercice de gestion de crise sur le risque d’inondation pour les communes du territoire de la CCPF dans le Var. Ce secteur a été sélectionné compte tenu de son exposition aux risques d’inondations par débordement de cours d’eau et de ruissellement et de ses moyens de prévisions limités (absence de couverture par le réseau Vigicrues du service de Prévision des crues MedEst).

carte territoire smiage sma
Figure 1 : le territoire de l'exercice : la communauté de communes du Pays de Fayence qui adhère au SMIAGE et au SMA. Crédits : SMA

 
Particularité de cet exercice, il concerne un territoire d'action où le SMIAGE et le SMA sont tous les deux compétents du fait de son positionnement à cheval sur 2 bassins versants, la Siagne au Nord / Nord-Est de la CCPF et l’Argens au Sud / Sud-Ouest.

Un travail collaboratif inédit a donc été mené entre les deux entités, en association étroite avec la CCPF et les acteurs locaux, pour préparer et mettre en œuvre cet exercice de gestion de crise.

Particularité de cet exercice, il concerne un territoire d'action où le SMIAGE et le SMA sont tous les deux compétents du fait de son positionnement à cheval sur 2 bassins versants

Au total, neuf communes ont participé, Montauroux, Tanneron, Fayence, Callian, Saint-Paul-en-Forêt, Bagnols-en-Forêt, Tourrettes, Seillans et Mons, ainsi que quatre partenaires institutionnels, à savoir le SDIS 83, la gendarmerie, le centre d'ingénierie et de gestion du trafic (CIGT) du conseil départemental du Var et le service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC) de la préfecture du Var. La préparation de l’exercice a également été menée en coordination avec la sous-préfecture de Draguignan, ce qui a permis une mobilisation de l’ensemble des acteurs.


L'exercice a été réalisé le jeudi 25 mai 2023 avec les communes de l’intercommunalité du Pays de Fayence après l’envoi d’un premier bulletin de vigilance fictif la veille. Sa mise en œuvre à proprement parler a eu lieu le jeudi matin, de 8h30 à 11h30.

Un scénario avec effet domino

Le scénario d’exercice proposé correspondait à un évènement hydroclimatique majeur, lié au passage d’une vaste dépression orageuse, avec un caractère stationnaire et survenant sur des sols saturés en eau. La chronologie des évènements impliquait une montée en puissance du niveau de vigilance jusqu’à atteindre lors de la dernière demi-heure, un niveau simulé de vigilance rouge "pluie-inondation".

Ce type de scénario a permis de tester à la fois la fiabilité opérationnelle des procédures entre les acteurs de la gestion de crise (chaînes d’alertes, remontées et descentes d’informations au centre opérationnel départemental (COD) en préfecture), mais également les moyens humains et matériels à disposition, tels que les moyens de communications (télécoms, radios, automates d’appels, sirènes, etc.). L’évènement simulé s’est voulu aussi réaliste que possible, en intégrant un ensemble de risques en cascade permettant d’évaluer les interactions entre les acteurs en gestion de crise. Il a aussi permis de mettre en exergue l’opérationnalité des Plans communaux de sauvegarde (PCS), les chaînes de prise de décision ou encore les procédures contradictoires.

La chronologie des évènements impliquait une montée en puissance du niveau de vigilance jusqu’à atteindre lors de la dernière demi-heure, un niveau simulé de vigilance rouge "pluie-inondation"

A la demande de certaines communes, des risques multiples ont été testés en complément : mouvements de terrain, pollutions, accidents de la route et rupture de barrage. La présence d’une route départementale desservant l’ensemble de l’EPCI a permis d’évaluer la communication intercommunale, notamment vis-à-vis des naufragés de la route.  En termes de niveau de mobilisation des acteurs et de simulation des actions engagées en réel, le curseur a été laissé libre à chaque entité selon ses besoins et ses capacités de déploiement pour le jour de l’exercice.

 

carte territoire smiage sma
Figure 2 : scénario hydrométéorologique de l’exercice. Crédits : SMA-SMIAGE-PREDICT Services

Faire émerger les besoins intercommunaux pour le futur PICS

L’intercommunalité a été associée dès le lancement du projet d’exercice en novembre 2022. En effet bien que les compétences gemapiennes aient été transférées de l’EPCI aux EPTB (Etablissements publics territoriaux de bassin) SMA et SMIAGE, la loi n° 2021-1520 du 25 novembre 2021 visant à consolider notre modèle de sécurité civile et valoriser le volontariat des sapeurs-pompiers et les sapeurs-pompiers professionnels (loi MATRAS) prévoit également la mise en place du Plan intercommunal de sauvegarde (PICS) qui confère à l’intercommunalité des compétences dans la gestion de crise. Le PICS prépare la réponse aux situations de crise et organise, a minima :

  • la mobilisation et l’emploi des capacités intercommunales au profit des communes,
  • la mutualisation des capacités communales,
  • la continuité et le rétablissement des compétences ou intérêts communautaires.

L’exercice visait à mettre en exergue les besoins des communes sur ces différents niveaux, pour aider la CCPF à établir le champ d’action de son PICS, par exemple en testant le réseau de radio déployé sur l’intercommunalité.

Une organisation conséquente : 9 scénarios, 30 animateurs, 100 participants

Ce travail entre nos deux syndicats a représenté un défi sous plusieurs aspects et en premier lieu, sur le plan organisationnel. Cela a nécessité une forte coordination et une mise en commun des méthodologies.

La connaissance par le SMA des acteurs institutionnels qui ont participé à des exercices antérieurs a entrainé une mobilisation très rapide des participants en fonction de leurs moyens. La sous-préfecture du Var a notamment été très fédératrice.

La mobilisation des deux syndicats nous a aussi permis de bénéficier d’une multiplication des agents pour la préparation et la mise en œuvre de l’exercice, en créant une équipe projet inter-structures aux compétences complémentaires. Compte tenu de l’expérience des équipes du SMIAGE, le choix a été fait dès le départ de garder la procédure établie par ce dernier en l’adaptant aux besoins.

Lors de la préparation, il a été nécessaire de préciser le rôle de chaque syndicat et les outils qu’il mettait à disposition de ses communes adhérentes. Le SMIAGE procure aux communes des outils de prévision et d’aide à la gestion de crise notamment via Predict Services et un service de téléalerte. Le SMA propose également un accompagnement à la gestion de crise via Predict Services et a pu utiliser sa connaissance des zones inondables du territoire, en apportant notamment les résultats d’une étude hydraulique spécifique menée sur une partie du territoire de la commune de Montauroux.

Des réunions préparatoires ont été organisées pour l’élaboration partagée des 9 scénarios et des documents d’animation : fiches de remontées de terrain (SMIAGE), cartes synthétiques d’aléa, et cartes de pluie fictives. Des visites sur site ont été réalisées conjointement avec les services de secours pour confronter le scénario à la réalité du terrain. Des observateurs de chaque structure ont également pu participer, ce qui a permis d’optimiser l’accompagnement des communes pendant l’exercice.

Le jour de l’exercice, environ 30 personnes ont été mobilisées pour l’animation et de l’ordre d’une centaine de personnes dans les communes et les structures participantes. L’exercice a été rythmé par des appels en commune toutes les 5 minutes, dans le but de simuler un évènement en cours destiné à générer une réponse communale. 400 appels ont ainsi été passés en trois heures.

En termes de moyens mobilisés pour la préparation et la réalisation de cet exercice, celui-ci a engagé pendant plus de 6 mois, 3 agents SMIAGE et 3 agents SMA, avec l’appui de Predict Services pour l’animation des réunions de préparation et de formation des communes, la rédaction des scénarios et la création des supports.

La préparation de cet évènement représente en conséquence un temps de mobilisation des agents important en plus du coût des prestataires externes aux syndicats.

Les enseignements

D’une manière générale, il ressort de cet exercice :

  • Une meilleure préparation des parties prenantes pour faire face, sur le territoire, à des risques naturels majeurs toujours plus prégnants.
  • Une collaboration entre le SMA et le SMIAGE qui se poursuit pour le plus grand bénéfice des communes, avec des outils tels que Rainpol désormais disponibles pour la totalité des communes de l’EPCI.
  • La mise en évidence de l’importance de développer un PICS par l’intercommunalité, pour appuyer les communes dans la gestion de crise et la mutualisation des moyens.

Des enseignements concrets peuvent également être cités et notamment :

  • Le besoin de mutualisation à l’échelle intercommunale qui peut se traduire par le partage de moyens, comme les véhicules ou la mobilisation des comité communaux de feux de forêts (CCFF), à transférer vers une commune dans le besoin si l’EPCI en a connaissance. L’envoi des équipes de la CCPF peut par exemple être mise en œuvre en cas de coupure d’eau. Les communes isolées peuvent ainsi être appuyées.
  • La nécessité d’une harmonisation des communications en crise, qui peut être facilitée par une meilleure connaissance en amont des services devant intervenir, ainsi que des échanges préalables sur les modes de fonctionnement de chacun. La bonne utilisation des radios, dont celles mises à disposition par la CCPF, peut être également facilitée par une formation préalable à l’utilisation de ces outils et des exercices réguliers.

 

Témoignage du Lieutenant Michel BIGORGNE, chef du Centre incendie et secours (CIS) de Fayence

lieutenant miche Bigorgne
© SDIS 83

Le 25 mai 2023, j’ai participé en qualité de chef du centre des pompiers de Fayence à l’exercice gestion de crise « inondation » sur le secteur de la communauté du Pays de Fayence. Sous les ordres du Commandant Christophe Petit, adjoint au chef de Groupement Territorial Est, nous étions présents en « salle de crise » dans les locaux de Tassy, siège de la CCPF.

Afin d’organiser au mieux cette gestion, nous avons positionné un Poste de commandement niveau Colonne (PCC) à proximité immédiate de la salle de crise et un « cadre » sapeur-pompier dans les PC Communaux de Tourrettes, Saint-Paul, Callian et Seillans.

Les points forts de cette organisation relevés pour les sapeurs-pompiers :

  • La présence dans la salle de crise avec le SMIAGE, le SMA, la CCPF et la gendarmerie a facilité la prise de décision et la diffusion des informations ;
  • La présence d’un cadre sapeur-pompier dans les PC Communaux a été une plus-value en particulier pour répertorier les évacuations, les mises en sécurité, les interventions prises en charge par le personnel communal, les places d’hébergement disponibles… ;
  • La communications radio avec les polices municipales.

Les points à améliorer :

  •  Les difficultés avec les Postes de commandement (PC) communaux où il n’y avait pas de cadre sapeur-pompier. Nous avons constaté une perte d’informations ou des informations erronées, occasionnant des retards dans les prises de décisions.
  • Le manque de supports cartographiques dans la salle de crise.

La gestion de ce type d’évènement en interservices est indispensable afin de partager les informations opérationnelles. A titre d’exemple, lorsqu’une commune organise l’accueil de sinistrés dans une salle communale (gymnase, salle des fêtes, etc.), les sapeurs-pompiers doivent être informés afin que les personnes évacuées soient acheminées sur ce centre d’accueil. La circulation de l’information est primordiale au sein de la salle de crise afin que les personnels sur le terrain puissent être informés des décisions prises.

Sur ce type de crise, le rôle de l’officier de liaison au sein du PC communal ou intercommunal est de conseiller le directeur des opérations de secours (DOS, représenté par le maire). Avec les remontées de terrain, l’officier de liaison pourra orienter le DOS dans sa prise de décisions. En effet, les ordres d’évacuation ou de confinement de certains quartiers sont de la responsabilité du DOS. D’autre part, l’officier de liaison aura à sa disposition les outils de cartographie opérationnelle qui permettent de représenter les actions en cours sur le terrain et identifier les enjeux. La situation en temps réel peut-être diffusée en salle de crise et communiquée à l’ensemble des partenaires. Ainsi, les différents services peuvent également faire évoluer cette cartographie avec leurs actions (exemple : la gendarmerie peut indiquer les routes coupées, les CCFF peuvent indiquer les hauteurs d’eau relevées sur certaines adresses identifiées…).

En conclusion, ce type d’exercice est très constructif pour l’ensemble des acteurs et doit être renouvelé. Les thématiques feux d’espaces naturels ou accident de matières dangereuses pourraient être intégrées dans un prochain scénario d’exercice. Ces exercices permettent de perfectionner les connaissances de chacun des acteurs, de maitriser les outils à disposition et également de consolider les liens entre les différents services. Les services peuvent s’appuyer sur l’expérience des sapeurs-pompiers varois dans le domaine de la gestion des interventions majeures (culture du retour d’expérience notamment dans la gestion des feux de forêt de 2003, 2017, 2021 et la gestion des inondations de 2010, 2014 et 2019).

 



Commentaires »


Découvrez le Risques-Infos 46 :
risques infos

 

JT#5 - Retour sur le séisme du Teil :
journée technique #5
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#4 - Implication citoyenne en cas de catastrophe : réalités et perspectives pour les collectivités :
journée technique #4
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#3 - Vigilance, alerte et sauvegarde : prévoir son plan spécifique inondation :
journée technique #3
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#2 - Entraide intercommunale et gestion de crise :
journée technique #2
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<
JT#1 - Entreprises et établissements recevant du public face aux risques et menaces : comment garantir et généraliser la mise à l'abri des usagers et du personnel ?
journée technique #1
>> REVOIR LES INTERVENTIONS <<

 

 

Vidéos


Diaporamas


Précédent Suivant
 
Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère DREAL auvergne rhône alpes
© 2000 - 2024 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | CGU | Politique de confidentialité | Crédits | Contact |