matinale risques nucléaire
Accueil >> Documentation >> Risques Hebdo >> Séisme du Teil

Séisme du Teil

Un séisme de magnitude 5,4 sur l'échelle de Richter a été enregistré ce lundi 11 novembre à 11h52 (heure locale) à environ 10 km de Montélimar, vers Le Teil, en Ardèche. Il a duré environ 5 secondes. 4 personnes ont été blessées, dont l'une gravement. 200 maisons sérieusement fissurées et pour certaines en partie effondrées. 250 personnes ont dû évacuer leur logement et n'ont pas pu le regagner lundi soir. La magnitude a été évaluée entre 5.1 et 5.4, dans un premier temps. Puis, la magnitude de moment, plus représentative de la taille du séisme, a été évaluée entre 4.8 et 4.9.

Ardèche / Saint-Thomé : Le point sur la reconstruction à Saint-Thomé après le séisme du 11 novembre 2019

Source : Le Dauphiné Libéré, 25/10/2020

"Gilbert Petitjean, maire, confirme que 80 % de la population touchée a reçu la visite d’un expert et pour certains les travaux de consolidation ou réparation ont commencé. 20 familles ont été relogées ; sur les 49 arrêtés de péril 10 ont été levés ; une dizaine de maisons sont toujours inhabitables.Pour le village, 500 000 € sont budgétés pour la réparation de l’église (200 000 €) et de la chapelle (300 000 €). Les travaux commenceront en décembre pour se terminer fin juin."

Ardèche / Le tremblement de terre du Teil a-t-il changé la donne ?

Source : Le Dauphiné Libéré, 08/10/2020

"Il y a un peu moins d’un an, un séisme a été particulièrement dévastateur au Teil (Ardèche). Son caractère « inédit » intrigue les spécialistes qui concentrent une partie de leurs recherches sur ce tremblement de terre. Avec notamment, pour enjeu, de réévaluer les aléas sismiques. Témoigange de Jean-François Ritz, directeur de recherche du CNRS au labo Géosciences (université de Montpellier). « C’est la première fois en France qu’on a pu observer un séisme qui a percé la surface, a fortiori avec une magnitude assez minime Il y en a eu d’autres dans le passé comme en 1909 à Lambesc au nord d’Aix-en-Provence mais, à cette époque, on ne s’intéressait pas à ce sujet », souligne le paléosismologue. Ce qui explique les importants dégâts causés. « L’énergie libérée par la rupture n’a pas eu le temps de se dissiper dans la croûte terrestre et était ainsi encore très forte à la surface », explique le spécialiste. "

Risques Hebdo est réservé aux adhérents, pour le consulter :

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous
Identifiant (votre e-mail)
Mot de passe
Pas encore abonné(e) ?
Rejoignez-nous

Profitez de tout le contenu du site (actualités, photos, vidéos, dossiers, articles...) et rejoignez le réseau (accès à toutes nos publications, aux journées d'échanges, aux documents techniques et au forum...)

>> JE CREE UN COMPTE
et je teste

Pour renouveller votre abonnement c'est ici

Pour toute question : celine.lestievent@irma-grenoble.com

Haut de page

L'Institut des Risques Majeurs est soutenu par :

Conseil départemental de l'Isère Région Auvergne Rhône-Alpes
© 2000 - 2020 Institut des Risques Majeurs | Plan du site | Notice légale | Crédits | Contact |